// Vous lisez...

monologues

monologue (17)

Dans ces calmes déserts il promène les siens jusqu ?à  ce que les premiers ces derniers se ferment et que la tàªte là¢chée retourne à sa vieille place. Beckett, Le Dépeupleur

Ferment et ne demandez pas qui ! Et pourquoi ni comment qu’ils ou qu’elles ferment !... Que à§a de sà »r, que toujours un ou une pour fermer les yeux, fermer la marche, fermer le bistrot ou la boutique, fermer sa gueule, fermer ses volets alors qu’il fait encore jour, fermer le robinet de la baignoire ou la porte à clé mais fermer... La belle affaire que à§a ferme partout autour, hein ! que à§a soit rideaux de fer tombés et des faà§ades mortes, quand toi tu peux continuer ton chemin les mains dans les poches sans trop savoir où tu vas, à flà¢ner comme qui dirait... Tàªte ailleurs, dans les nuages ou tàªte à claques, tàªte soucieuse ou d’enterrement, tàªte d’assassin ou fausse gueule d’ange c’est pas le problème. Là¢chée la bride, rien que à§a qui compte !... Retourne pas d’où tu viens, c’est tout, pas autre chose à comprendre. A jamais le laisser derrière ou à cà´té le where you once belong comme ils disaient dans la chanson. Sa place à soi, jamais simple de savoir où qu’elle est, surtout, hein ! que d’arriver et de trouver tout fermé... Vieille image que tu traînes du gars qui s’heurte à la vitre y pose le front... Place qui serait tienne et pas qu’une niche à posture !...

Commentaires