// Mots-clés

contraintes

254 billets

Articles

poème express #12 | en faire (chien berger)

c’est descendre du train qu’il aurait fallu

c՚est descendre du train qu՚il aurait fallu, tu le savais, de ces évidences qui vous traversent, on ne les saisit pas toujours comme on devrait, on sent que à§a vibre au-dedans, sent tout ce qui s՚y réveille, résonne et fait écho, bien trop confus pour qu՚on s՚y retrouve, c’est suivre la pente qu’il faudrait, yeux clos tracer sa route, parce que tu serais descendu (...)

injonctions (12)

te réveiller funambulet’obstiner jusqu’au dégoà »tracler l’os jusqu’au silencene rien perdre, tout brà »leryeux clos palper l’inconsistanthabituer tes mains à reconnaître le videglisser déposer de l’écran nuit à l’écran veillene rien fuir, tout remà¢cherenjamber les fenàªtres avec souplessetenter que ton thorax emprunte à l’horizoncustomiser tout moulin à prièrespréférer (...)

injonctions (21)

ne rien retrouver (ni la rage ! ni l’énergie !)ne rien regretter, pas màªme le mouvement mécanique de la montre remontée chaque jour (mais le ressort froid qu’on y trouve) ne rien reconstituer (trop de vides et temps morts)

toujours la pluie

toujours la pluie, quelques éclaircies - journée où traquer du passé via le web - à chacun d’y organiser sa mémoire - ses fictions - n’aurais jamais pensé pratiquer l’écriture sous forme épistolaire - à la radio ce midi un universitaire évoque la France invisible - après la silencieuse ! - est-ce que j’effectue un vrai travail ? - on est passé en 24 heures de vrai (...)

rolling world diary #3

la rumeur du monde te file entre les doigts la recopier n’est qu’un premier pas, tu te crois parfois assis sur la berge du fleuve, Otis Redding l’a chanté, à regarder passer les flux, — mais si on pouvait se baigner dans ce fleuve-là —, l’illusion d’être à côté, spectateur, savoir qu’on finit toujours par être rejoint, emporté, c’est une peur, tu en as lu des récits (...)

injonctions (18)

abandonner non pas tout souci d’échelle, mais toute hiérarchievérifier qu’un mur tapissé de cartes n’en est pas moins infranchissablete souvenir que pli et déchirure un jour ne font plus qu’unne plus regretter l’absence de cartes spécialisées pour temps de brumete donner pour objectif croquis màªme sommaire à l’usage traversée nuit (mieux que rien !)prendre (...)

personne le connaissait, son nom

Un étrange àªtre humain (ou plusieurs) vivant dans une vieille maison en ruine loin des quartiers populaires (soit dans le vieux Nord-Est ou un pays lointain et exotique). On le soupà§onne (en se basant sur sa silhouette et ses habits) de n՚àªtre pas complètement humain. H. P. Lovecraft, The Commonplace Book, note 212.

monologue 1

monologue 1 mis à jour

jardin intime

remuer la terre, c’est rituel de printemps, qu’un peu de nourriture naisse de tes gestes, et qu’en retour tes gestes aussi te nourrissent, suivre le rythme de la machine, fraises d’acier qui s’enfoncent au sol, veiller à effacer les traces de tes pas — c’est comme laisser page nette — être sensible à l’odeur de la terre remuée, et à la chaleur qui s’y accumulent (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ...