// Vous lisez...

monologues

monologue 14

Dans ces calmes déserts il promène les siens jusqu ?à  ce que les premiers ces derniers se ferment et que la tàªte là¢chée retourne à sa vieille place. Beckett, Le Dépeupleur

Ces trucs-là , tu les gardes pour toi. Derniers signes, chaque fois ce que tu te dis, soubresauts. Se rassurer, se blinder, si c’était la màªme chose... Ferment les yeux, tous, colmatent les écoutilles. Et viva la vida qu’ils crient, ou hasta la vista, mais à§a aussi c’est peut-àªtre la màªme chose. Que des mots, rien que des mots. La vie, l’au revoir... Tàªte brinquebale, tout ce qui s’y traîne. Là¢chée d’où l’image au crà¢ne ? Retourne à§a tant que tu peux, y changer quoi ? A se demander si un jour... Sa force de demeurer... Vieille histoire !... Place qu’elle prend, que tu lui accordes...

Voir en ligne : monologues précédents

Commentaires