// Vous lisez...

monologues

monologue 3

sur la tombe du Vieux

Dans ces calmes déserts il promène les siens jusqu ?à ce que les premiers ces derniers se ferment et que la tàªte là¢chée retourne à sa vieille place. Beckett, Le Dépeupleur

mise à jour du 27 novembre 2013

Calmes, ces coins-là  ! Déserts, tu veux dire : personne dans les parages désormais... Il paraît qu’avant, oui, il y avait du monde qui venait — en visite, ils disaient. Promène-toi au long des allées, tu verras jamais personne. Les seuls peut-àªtre que tu croiseras — et encore si t’as de la chance ! —, c ?est ceux qui viennent voir le Vieux — ceux de sa famille, comme ils aiment s’appeler... Siens, à§a serait beaucoup dire. Jusqu ?à quand il y en aura qui viendront : bien malin celui qui saurait ! Ce qui s ?est passé, c ?est pas bien compliqué à comprendre : avoir fermé les portes qui a tout déclenché. Que des Très-Vieux qui perpétuaient l’habitude — le rite, comme ils appelaient à§a ! Les autres, ceux qui viennent encore en cachette, jamais ils en auraient eu l’idée sans l’interdiction totale d’accès. Premiers qu’il a fallu chasser, à§a a été les Invisibles : ils prétendaient que venir squatter là ou ailleurs. Ces gars-là , ils respectent rien : aucun interdit qui vaille ! Derniers en date, les soi-disant parents du Vieux — Frères-en-Esprit, ils voudraient qu’on les appelle, comme si on avait le droit de s ?inventer un nom de Catégorie. Ferment les yeux, les gardiens : tant qu’ils sont pas trop nombreux, suffisamment discrets... Et puis, ils font rien de grave : à part s’allonger sur la dalle de marbre... Que des gamineries, quoi !... La raison de tout à§a, faut pas aller la chercher bien loin : si le boulot avait été bien fait, qu’on avait effacé correctement tous les noms sur les dalles, détruit tous les portraits, jamais les gamins auraient retrouvé la trace du Vieux dans les archives du web, et jamais il se serait rien passé !... Tàªte à claque, celui qui dirigeait l’équipe des Effaceurs. Là¢chée aux responsables du Démantèlement des Infrastructures, c’est le genre d’info qui ferait mal... Retourne-toi pas ! à€ gauche, juste après le columbarium je viens d’en voir passer deux... Sa tronche, je l’ai vue, au Vieux, sur une vidéo : il braillait une chanson avec une histoire de passage dans le refrain. Vieille époque, tu vois le genre ! Place-toi derrière le grand mausolée qu’est au bout de l’allée centrale — mais si, l’espèce de petite maison là -bas — tu devrais réussir à les regarder faire leurs dingueries !

version du 18 janvier 2012

Calmes ! Déserts tu veux dire en cette saison... Il y passe plus jamais personne dans ces carrés-là ... Promène-toi un peu, mon pote, au lieu de rester à causer le cul rivé sur ton fauteuil... Les seuls que tu croises, c’est ceux qui viennent voir le Vieux, ceux de sa famille comme ils disent... Siens à§a serait beaucoup dire. Jusqu’à il y a quelques années, oui, tu voyais des gens qui appartenaient pour de bon à sa famille... Ce qui s’est passé, c’est pas bien compliqué à comprendre : gentiment mais sà »rement sont tous venus habiter avec lui, les trois quatre qui le visitaient... Que des avantages pour eux, si tu veux aller par là : plus besoin de traverser toute la ville pour venir lui causer !... Les autres, ceux qui viennent maintenant, comment dire ? Premiers coups de froid et aussità´t tu croises plus personne et tant mieux ! Ces cocos-là , ils s’amènent juste le temps des beaux jours : en hiver, crois-moi qu’ils risqueraient pas de zoner comme à§a autour à lui lire des poèmes au Vieux, et vas-y que je te prends en photo, le joint au bec ou en train de boire des bières !... Derniers de leurs soucis ce qui s’y passe chez le Vieux pendant l’hiver, et pourtant... Se comporteraient peut-àªtre autrement si ils savaient... Ferment les portes chaque année les gardiens, systématiquement, pendant deux trois jours après la Toussaint... Et qu’on aille pas me raconter des histoires d’entretien, de maintenance et de machin !... Que du pipeau tout à§a !... La vraie raison, je pourrais te la dire si t’étais moins con !... Tàªte que tu ferais si tu savais !... Là¢chée la bride sur le cou elle te ferait flipper la vérité ! Retourne là -bas un peu pour voir de tes propres yeux : division 4 D, allée 29... à€ gauche juste après le colombarium, tu peux pas te tromper... Sa première chanson, tu t’en rappelles sà »rement : cette histoire de passage dans le refrain... Vieille farce, tu me diras — mais c’est toujours comme à§a avec toi, de la guignolade tout ce qui t’échappe !... Place des morts — tu t’en souviens pourtant, t’étais là toi aussi...

Voir en ligne : monologues précédents

Commentaires