// Vous lisez...

monologues

monologue (15)

Dans ces calmes déserts il promène les siens jusqu ?à  ce que les premiers ces derniers se ferment et que la tàªte là¢chée retourne à sa vieille place. Beckett, Le Dépeupleur

Derniers mots de la dernière page... Se lisent comment, dans l’en avant qui bute et tant de poussée ? Ferment la marche, vide vient s’offrir. Et je dis bien du vide, pas du silence. Que cette sensation du garde-fou tombé. La màªme chaque fois répétée, et la màªme crainte aussi. Tàªte au tourbillon, lenteur qui s’impose alors relire, les derniers mots, les dernières phrases. Là¢chée du sens c’est superposition d’images... Retourne au creux, retourne au coeur. A seulement feuilleter, surgissements qui s’imposent... Sa propre vie, ce qu’elle offrirait de màªme force, intensité, bousculade ? Vieille question mais certain que sans elle !... Place que à§a prend, oui — un jour tu sauras dire le chemin des arpenteurs.

Voir en ligne : d’un ... l’autre

Commentaires