// Mots-clés

introspection

89 billets

Articles

tête monde

des textes brefs mis en voix, aux frontières de la fiction et l’introspection

notes de chevet | sommaire

notes de chevet | le projet Découvert les Notes de chevet de Sei Shà´nagon il y a quelques années, lors d’un atelier d’écriture animé par Franà§ois Bon. Goà »t des listes aidant, me propose ici, dans une durée longue, d’accumuler des notes sur le quotidien et d’arpenter l’espace du dedans. extrait de la présentation des Notes de chevet par leur traducteur, André (...)

Je ne sais pas le lieu de ma colère.

Je ne sais pas le lieu de ma colère. Là où elle s’ancre. Où elle pourrait éclater, prendre forme. Informe, ma colère est une nappe. Une marée noire. Stagne dans son maillage serré. Ma colère est poids qui renonce à jaillir. Ma colère ne s’use pas avec le temps, elle ne fait que s’enfoncer davantage. Ma colère que j’imagine comme une impasse. J’ai appris à l’imaginer (...)

garages

Bourges, 9 Rue Honoré de Balzac

I don’t live today

I don’t live today Maybe tomorrow I don’t know Jimi Hendrix

route (notes sur)

Reprise ici du texte écrit lors de l’échange avec Lucien Suel pour les vases communicants de mars 2012 et prenant pour thème la route. Somewhere along the line I knew there՚d be girls, visions, everything ; somewhere along the line the pearl would be handed to me. Jack Kerouac, On the Road, Part 1, Ch. 1 Enfant, la nationale était grand route ; les autres, (...)

comme si c’était simple de regarder le monde en face

comme si c’était simple de regarder le monde en face ; sans tricher se planter dans un coin et se mettre à faire l’inventaire ; et n’y rien changer ; dire ce que l’on voit, le plus honnàªtement possible ; pas question de savoir faire ou non, mais la force que à§a demande ; quand soi, la faà§on dont on la regarde en face la vie qu’on mène ; la faà§on qu՚on a de la (...)

ta peur mère

ta peur mère, tu la connais, matrice de toutes, tu sais màªme la nommer, énoncer jusqu’aux goà »ts qu’elle laisse dans ta bouche, jusqu’aux creux qu’elle dessine dans ta poitrine, jusqu’à la saisie en chute vertige quand elle parvient en bas du ventre — c’est peur qui se plaît aux cavités —, jusqu’au flou qui se répand de tes cuisses jusqu’à la plante des pieds, par (...)

la vie est ailleurs

La vie est ailleurs, très loin. Ici, on repose. (J. Gracq, La Presqu՚île) je n՚habiterai pas vos ruines et vous le savez - toute feinte inutile quand les savoir ancrées - abîmées au plus creux de nos ventres - quand depuis si longtemps affleure l՚écho des mots enterrés - litanie vaine qui n՚écorche plus guère - empà¢te seulement - martèle le palais de syllabes (...)

brisé là 

du talon qui s՚abat sentir monter le cri, poussée lente mais tu la sais inévitable, ne rien anticiper : ce serait abandonner – du moins ce que tu crois – ne rien prévoir, mais une fois qu՚hors appréhender ton cri pas tant par goà »t de la table rase mais débusquer ce qui là se niche, surgit quand l՚énergie déployée et que dans tes bras et jusqu՚aux pognes, flux (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80