// Mots-clés

introspection

86 billets

Articles

désenfouir

Mais à quoi bon écrire si ce n’est pour désenfouir des choses, màªme une seule, irréductible à des explications de toutes sortes, psychologiques, sociologiques, une chose qui ne soit pas le résultat d’une idée préconà§ue ni d’une démonstration, mais du récit et qui puisse aider à comprendre — à supporter — ce qui arrive et qu’on fait. Annie Ernaux, Mémoire de (...)

Diptyque n°1

Participation au premier numéro de la revue Dyptyque animée par Florence Noà« l. Thème proposé : lumières intérieures. avoir été comme l՚ombre et le corps – enlacés jusqu՚à perte brutale – que poursuivions-nous qui toujours nous échappait ? – que taisions-nous qui toujours nous hantait ? – avoir été comme l՚ombre et le corps – nos mains coupées tendues vers l՚horizon – (...)

brisé là 

du talon qui s՚abat sentir monter le cri, poussée lente mais tu la sais inévitable, ne rien anticiper : ce serait abandonner – du moins ce que tu crois – ne rien prévoir, mais une fois qu՚hors appréhender ton cri pas tant par goà »t de la table rase mais débusquer ce qui là se niche, surgit quand l՚énergie déployée et que dans tes bras et jusqu՚aux pognes, flux (...)

tu dis

tu dis : « Donnez-moi n’importe quelle phrase, que je la garde en tàªte, la triture, la malaxe et qu’il n’en reste rien ou presque : quelques gouttes de sens séché en croà »te. » tu dis : « J’ai tenté d’appliquer des mots sur mes plaies, couche à couche, patiemment, mais c’était pure confusion : panser c’est aussi nourrir. » tu dis : « Je n’ai pas le mot pour dire ce (...)

dans un village presque désert

Habiter, pour une semaine, un village presque désert, l’avoir constaté déjà en consultant Google street, ne demeurent plus qu’un bar, une boulangerie et un garage, la propriétaire du gîte, à ton arrivée nous parle du passé, de l’activité d’autrefois, des seules cloches de l’église qui aujourd’hui témoignent d’un peu de vie, de la pièce où on se trouve, demande si on (...)

Diptyque n°2

Participation au second numéro de la revue Dyptyque animée par Florence Noà« l. Thème proposé : la part de l’ombre. ombre portée tu la connais cette silhouette au sol, ce qui en elle de contour et d՚incertain tu sais en elle la part du sombre, ce qui l՚emplit et la sature, ce qui de toi dégorge et l՚encre, ce qui du débord, ce qui du déport, ce qu՚intime (...)

purgée de ses rumeurs

Il y a dans notre vie des matins privilégiés où l’avertissement nous parvient, où dès l’éveil résonne pour nous, à travers une flà¢nerie désœuvrée qui se prolonge, une note plus grave, comme on s’attarde, le cœur brouillé, à manier un à un les objets familiers de sa chambre à l’instant d’un grand départ. Quelque chose comme une alerte lointaine se glisse jusqu’à nous dans (...)

je connais des ciels (2)

Je connais des ciels auxquels m’écorcher les doigts.

ne pas t’encombrer

ne pas t՚encombrer, tu n՚en savais pas plus, seuls mots entendus, seuls mots retenus dans l’indécis du ràªve, tu t՚imaginais déjà table rase évacuer la gàªne, d՚un revers de main qu՚objets et paperasses glissent au sol, et tans pis pour la casse, c՚était simple, brut, définitif, ce qui te semblait du moins, mais tu as su depuis quelle trappe au creux du verbe — tu n՚as (...)

constater, en rangeant mes paquets de graines

constater, en rangeant mes paquets de graines, qu’un bon nombre ont dépassé leur date de péremption, avoir du mal à les jeter, parce que le sentiment de tenir entre ses mains de la vie qui ne demande qu’à , s’en vouloir d’une réaction aussi idiote, puisque savoir depuis longtemps que les graines périmées ne poussent pas, l’avoir appris dès l’enfance, quand ces (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80