// Vous lisez...

au fil des jours

je connais des arbres

je connais des arbres qui sont mes frères de condition, enracinés tronc brisé tombé là où jusqu’à peu s’étendait l’ombre dont ils étaient encore capables

Commentaires