// Mots-clés

fiction

145 billets

Articles

toi qui l’avais branché

toi qui l ?avais branché sur le poàªle… un mot en passant avant d ?enlever ton pull… que à§a chauffait sacrément bien ces machins-là !... pouvais pas deviner dans quoi tu t ?embarquais… jamais imaginé qu ?on puisse tenir aussi longtemps sur un sujet pareil… un spécialiste en face… et pas avare de détails !… marques de poàªles… bois compressé... (...)

web fiction

Oui, le web est une fiction. Il s’y écrit des sortes de romans. Romans composés à mains et voix multiples. Romans tout d’écho et d’amplification. Romans d’anticipation. Chroniques des catastrophes à venir. Solidement inscrits dans la tradition des mauvais genres. Les ingrédients sont là . Monstre au fond d’un lac, soudain (...)

un seulibataire

un seulibataire... tu prononà§ais comme à§a d ?après tes frangins... pas le souvenir... mais huit ans d ?écart avec l ?un... six avec l ?autre... petit dernier !... accident de parcours... terribles ces repas de famille... les plats qui s ?enchaînent... les verres avec... ce moment où croient bon de parler des gosses... la voix trop forte de ton père... (...)

ne pas t’encombrer

ne pas t ?encombrer, tu n ?en savais pas plus, seuls mots entendus, seuls mots retenus dans l’indécis du ràªve, tu t ?imaginais déjà table rase évacuer la gàªne, d ?un revers de main qu ?objets et paperasses glissent au sol, et tans pis pour la casse, c ?était simple, brut, définitif, ce qui te semblait du moins, mais tu as su depuis quelle trappe (...)

zone artisanale

zone artisanale… jardinerie… silhouettes d ?oliviers dans leurs pots… rond-point… rétrogrades… quatre voies… glissières de sécurité… talus… rituel chaque premier jour de l ?année... d ?abord les vœux chez la grand-mère et l ?oncle... un tour en voiture jusqu ?aux Peines perdues chez le parrain de ton père... toujours halluciné du nom de la ferme !... (...)

aviez droit à la salle à manger

aviez droit à la salle à manger ce jour-là ... vivaient toujours dans la cuisine le reste de l ?année... à cause de le porte-fenàªtre qui donnait sur la piste... par là que le tonton bondissait jusqu ?aux distributeurs... hors de question qu ?il attende, le client... vite fait bien fait sinon qu ?il filait voir la concurrence... quatre cinq stations à (...)

monologue 5

monologue 5 mis à jour deux fauves

tu t ?étais concentré sur une photo accrochée au mur

tu t ?étais concentré sur une photo accrochée au mur... sommet des Alpes sans doute... reconnu le notaire... en gros dix ans plus jeune... tout sourire levait un bras vainqueur... un homme plus à¢gé à cà´té... son père d ?après les explications de ta mère... lui qui s ?était occupé de leur contrat de mariage... et pour la maison aussi... tous notaires (...)

monologue 7

Dans ces calmes déserts il promène les siens jusqu ?à ce que les premiers ces derniers se ferment et que la tàªte là¢chée retourne à sa vieille place. Beckett, Le Dépeupleur version du 21 décembre 2013 Les lui laisser, puisqu ?il voulait pas les vendre. Siens, c ?est beaucoup dire... Jusqu ?à aujourd’hui, il s ?en était pas soucié beaucoup : vu (...)

one more

réécrire ce début de récit : émonder, rendre plausible les mouvements, ne pas se laisser aller à la facilité de paroles rapportées n’apportant rien, soigner les enchaînements, ancrer dans une oralité qui ne relève pas du cliché, du moins essayer... version 1 version 2 pour écouter la chanson de doctor feelgood lire la suite le froid… et puis (...)

... | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 |...