// Mots-clés

Lovecraft

17 billets

Articles

Un passant

Un passant Il ne cherchait sans doute rien de spécial, ce jour-là . Des quelques rares personnes qui le connaissaient et que j’ai pu approcher, aucun ne lui connaissait de goà »t pour quelque collection que ce soit. Il traversait, chaque samedi matin, le marché aux puces qui se tient sur le mail, près du palais de Justice. Mais ce n’était là qu’un prétexte de (...)

mortelle randonnée

C’est l’après-midi que je l’ai vu pour la première fois. Ma gamine avait perdu sa casquette dans le précédent camping où nous avions séjourné. On marchait tous les deux dans la rue principale qui traverse la vieille ville de Saint-Jean-Pied-de-Port, noyés dans la masse de touristes qui y déambulent, se photographient sur le pont au-dessus de la Nive, la rivière qui (...)

I’m on the highway

I’m on the highway... Soyez prudent ! Toujours un peu flippés, dans ces boîtes de location. Pas envie de voir revenir leurs bijoux accidentés. Remarque, il y en avait pour de la thune, dans chaque bagnole qu’ils proposaient. Majorité d’américaines dans le hall d’expo. Cadillac Eldorado, Chevrolet Camaro... Rien qu’une Traction avant 15 six pour les plus (...)

l’homme sans foule

On ne peut pas parler de pressentiment. Comme une impression survenue dans le demi-sommeil, paressant, s’accordant encore un peu de temps. Peut-àªtre était-ce dà » à la qualité du silence. La circulation, en principe, avait démarré à cette heure-là . Fluide, certes, mais aussi les bruits métalliques des camions de livraison. Le tabac d’en face qui relevait son (...)

le trou du Diable

J’ai longtemps hésité après que la rédaction des Lettres contemporaines m’ait passé commande de l’article qui va suivre. Si j’ai finalement accepté d’évoquer ma dernière visite à G., c’est d’une part parce que j’ai été le dernier universitaire à l’avoir rencontré, et sans doute màªme le dernier homme à qui il ait eu l’occasion de se confier, et d’autre part dans (...)

personne le connaissait, son nom

Un étrange àªtre humain (ou plusieurs) vivant dans une vieille maison en ruine loin des quartiers populaires (soit dans le vieux Nord-Est ou un pays lointain et exotique). On le soupà§onne (en se basant sur sa silhouette et ses habits) de n՚àªtre pas complètement humain. H. P. Lovecraft, The Commonplace Book, note 212.

road trip

On ne peut pas tout raconter. Ou du moins pas tout de suite. Il faut parfois du temps. à‡’aura été le cas pour ce souvenir. Présent à l’esprit dès mes premières tentatives d’écriture, mais toujours repoussé. J’avais quinze ans, l’été avant d’entrer au lycée. Je passais les deux mois à bosser chez mon oncle, le frère de ma mère. Sa station-service était juste à cà´té de la (...)

essai de transcription d’images vidéo

Pas évident de transcrire des images vidéo. Je vais essayer, parce qu’il me semble impossible de garder le silence. Ils ont été plusieurs à filmer la scène avec leurs téléphones portables. Le buzz assuré sur les réseaux sociaux. On est dans un parking souterrain. Parking République. La ville, peu importe. Partout les màªmes infrastructures. En fond sonore, un (...)

LOVECRAFT GENERATOR | le projet

le projet à‰crire des fictions courtes à partir d’une sélection au sein des 222 notes rédigées par Lovecraft dans The Commonplace Book. sommaire Cauchemar à structure récurrente (note 5) à€ mains nues (note 7) Mortelle randonnée (note 16) Hors de (note 17) Un passant (note 37) Only you (note 56) L’homme sans foule (note 205) Le trou du Diable (note 207) I’m on (...)

à mains nues

à mains nues L’affaire n’avait pas fait la une des journaux télévisés. à€ part quelques sites spécialisés dans le fait divers, aucune trace. Inutile d’en faire publicité : un sous-officier criminel, quand autant de troupes du pays engagées sur autant de terrains, comme ils disent. Et un peu trop tordue, comme histoire, pour que les pisse-copies du crime puissent (...)

0 | 10