// Vous lisez...

entre deux | premier jet

sans la toile

sans la toile... personne t ?avait obligé... rempli tout seul profil Facebook... là aussi à§a grouillait de passé... photos de classes que t ?avait envoyées Nico... tronches du lycée... puis celles de soirées du temps de la fac... comme la boîte en carton où les photos de famille... tout un tas de boîtes déversées pàªle-màªle... peut-àªtre exagéré mais... ce temps que tu passais à regarder des vidéos de concert... des interviews... jusqu ?au retour de Joplin dans son patelin... bouffie défoncée... grand déversoir où fantasmes... fantà´mes... ces demandes d ?amis... plus vu Nico depuis... plus de dix ans la dernière fois... rencontres qui s ?effilochent la vie qui va... pour ce que vous aviez à vous dire hier... aurait été simple pourtant de dire non... t ?étais bien gardé de lui donner ton téléphone... tellement plus facile à l ?écrit... accepter l ?invitation... bombardé de messages... qu ?encore le contact avec deux ou trois de la fac... màªme retrouvé la trace de Didier... qu ?il était ok pour le réveillon... envie de le revoir... pas tant que à§a des mecs bien... peut-àªtre aussi l ?envie de revenir faire un tour dans le coin... y chercher quoi... voyage au passé... voyage au dedans... Karine avait sans doute raison... c ?est mettre en ordre qu ?il faudrait... c ?est faire le tri... plutà´t que cette masse... magma amer... trop à vif... ce qui t ?a pris hier soir... certes lourdingues mais... te dérangeaient tant que à§a enfilade de clichés... la maigrelette et sa littérature claaaassique... Nico et son éternelle quàªte de la frontière entre métal et hard... tu en avais entendu des conneries... mais choper ce lascar par le col... pas bien compris ce qu ?il faisait dans la vie... sinon que lui avait un vrai boulot... un truc où on travaille pas vingt heures la semaine... vraie tàªte à claques depuis le début... mais de là à vouloir le secouer... causait de l ?Irak... à§a qui avait fait déborder le vase... ce goà »t du leurre servi tout chaud... d ?un pays qu ?on écrase pour son bien... bombes sur la tronche au nom de la liberté... causait comme les gus de la radio... brassait de l ?espoir et de l ?avenir... nappait de démocratie... taxé pessimiste qui se met en travers du discours... critique vaine tandis que le monde avance... ceux qui acceptent de se salir les mains et les donneurs de leà§on... sans l ?empoigner faire comment pour qu ?il se taise...

Voir en ligne : extraits précédents

Commentaires