// Vous lisez...

entre deux | premier jet

à quoi à§a tient d’àªtre soi

à quoi à§a tient d ?àªtre soi... problème d ?irrigation avait dit le toubib... tout un tas de petits vaisseaux qui là¢chaient les uns après les autres... pour à§a qu ?elle déraillait... plus assez alimenté le cerveau... ce que tes parents avaient compris... te filait un peu la trouille de la voir comme à§a... causant avec les morts... tout en se préparant à la sienne... impressionnable disait ta mère... le màªme mot qui t ?avait tenu loin des morts... jamais de place pour l ?émotion... contenir retenir... jusqu ?à l ?explosion ou totale moisissure... pas de quoi qui se dit le ressenti... pas de quoi qui se montre... beau boulot des curetons !... pouvaient àªtre fiers... deux coups en un... non seulement sauvaient les à¢mes mais les flinguaient par la màªme occasion... pour à§a au fond que tu étais parti... avais passé le CAPES... certain qu ?on t ?enverrait à plusieurs centaines de bornes... pour t ?éloigner parce que trop de distance infranchissable... parce que croire pouvoir se mettre à l ?abri... que kilométrique la distance ferait moins mal... mais l ?emporter avec soi... enfouie au dedans... et resurgissant rugissant sur quiconque tentait de s ?approcher... à§a avec Karine... à§a surtout... l ?air malin à répéter que pas doué pour les mots qui passent par la gorge... ces lettres que tu lui écrivais le matin avant de partir au boulot... posées sur la table de la cuisine... les avait cramées peu de temps avant de partir... de à§a aussi il ne restait rien... ta vie aussi échappait aux mots... comme les leurs... pourtant pas épargnées par... mais vies résolument vouées au silence... comme la tante Marie... tout sourire et déjà muette sur la photo... tes frangins avaient conduit ta mère à son enterrement... à§a qui restait d ?elle... sa photo et rien d ?autre... entrée dans les ordres... gamin l ?expression te semblait bizarre... chaque fois qu ?une question tu venais buter sur ces mots... comme quand tu demandais pourquoi le tonton “seulibataire”... comme pour la vie de tes parents... leur rencontre... le grand-père maternel que tu n ?avais pas connu... l ?autre qui était parti à la guerre de 14... le passé était clos d ?approximations... de fragments lacunaires... trop de pièces manquantes pour constituer un récit... pour à§a aussi que leurs vies semblaient si sèches... arides de mémoire morte... de trop de silence...

Voir en ligne : extraits précédents

Commentaires