// Mots-clés

silence

26 billets

Articles

aller boire un café

aller boire un café... ils auront bien des croissants... la nuit encore... pas avant huit heures... passerelle blanche... traverse au dessus des voies... marches... arrondi comme une arche... pas grand chose de l ?autre cà´té... jamais vu personne monter ces marches... anciens locaux de la Sernam... ton père y venait parfois pour son boulot... service (...)

il dit

Reprise du texte écrit pour les vases communicants d’octobre 2013, initialement publié sur le site d’Anne-Charlotte Chéron. Convient bien pour une veille de Toussaint. Mon père a peut-àªtre été surpris de me découvrir intact et bienveillant de l’autre cà´té de la table. Pierre Bergounioux, L’Orphelin Il dit : « à‡a (...)

je connais des maisons vides

Je connais des maisons vides où marcher pièce à pièce, où remuer du silence et décrocher les miroirs.

extrait blog 2008

extrait du blog tenu précédemment, daté du 15 février 2008 ; temps nécessaire avant de passer à l’écriture fiction, écriture de l’intime plutà´t qu’auto quoi que ce soit, résonance plus que les faits, ce qui d’eux s’induit en dedans, et ces pans de soi qu’on laisserait à l’abandon sans l’écriture ; pas (...)

tu disais que c’était trop d’épaisseurs

tu disais que c ?était trop d ?épaisseurs, plus la patience, ou plus la force, ou plus l ?envie de traverser tout à§a, quitte à terminer seul — la faà§on qu ?ils ont tous de te brandir à§a comme une menace — comme si à§a pouvait te faire peur le silence entre quatre murs, peut-àªtre bien jamais aspiré à rien d ?autre, pouvoir t ?y colleter (...)

dans le désert réel du silence sans fin

Après avoir entrevu ainsi une oasis imaginaire de tendresse, il se retrouvait piétinant dans le désert réel du silence sans fin. Marcel Proust, Le Cà´té de Guermantes

vous vous taisiez

vous vous taisiez... silence autour... élan du pont au dessus de l ?estuaire... deviniez Saint-Nazaire dans sa brume... cheminées loupiotes rouges... torches... un pétrolier parfois... structures floutées... masses lignes adoucies... estompé que là -bas métal... des gars qui bossent... regarder silencieux... livrés au lieu... contempler non... pas l (...)

tu ne cherchais pas tes mots

non, tu ne cherchais pas tes mots, c ?était au silence qu ?allait toute ton attention, dans l ?entre-espace des mots convenus, des paroles qui s ?entassent, tassent, nivèlent et reviennent encore, et ce jusqu ?à complète disparition de ton propre visage, c ?était au silence, et tout ce qu ?il contenait de mots tus et de (...)

des jours où pas les mots

il y a des jours où pas les mots, à quoi à§a tient, ou bien là où à§a rompt, ou ronge ou cogne, c’est de la nuit, c’est au ràªve, un pli du ràªve, un je ne sais quoi, c’est tà´t l ?œil qui veut rien, ni mot ni ciel, tu sens que tout en trop et rien qui vaille, c’est tout en vrac et vie qui grince, quand eux les mots leur don du (...)

si peu de lettres

si peu de lettres... inutiles quand on peut se voir... dans l ?éloignement que se niche l ?écriture... une vie de peu de rayon... si ce n ?est le service de ton père en Allemagne... jamais su ce qu ?étaient devenues ses lettres... auraient pu t ?aider à comprendre... combler un peu du silence... bien capable de les avoir détruites après la mort de ses (...)

0 | 10 | 20