// Vous lisez...

entre deux | premier jet

si peu de lettres

si peu de lettres... inutiles quand on peut se voir... dans l ?éloignement que se niche l ?écriture... une vie de peu de rayon... si ce n ?est le service de ton père en Allemagne... jamais su ce qu ?étaient devenues ses lettres... auraient pu t ?aider à comprendre... combler un peu du silence... bien capable de les avoir détruites après la mort de ses parents... jamais entendu parler de Pascal... mais guère le moi en estime !... formaté par les curés... fruit lointain de la contre-réforme... de la chouannerie... de 1905... n ?en savait rien et pourtant... dépositaire d ?un passé dont il ignorait presque tout... englué dans... imprégné profond... toi-màªme cette difficulté de dire je… tout au début avec Karine… empàªtré de périphrases… circonlocutions… de la difficulté de se dire… ou d ?àªtre… construire quoi sur du silence… trop peu de mots à mailler les uns aux autres… un jour tu saurais peut-àªtre… t ?adapter au silence… l ?accepter… ou t ?inventer des phrases hors de toute attache… prendre la route et aller ailleurs… ne plus revenir… ne plus sans cesse avoir à quitter… t ?arracher... de ces mots de l ?adolescence... allez on s ?arrache !... finir son verre remonter sur le 103 Peugeot... trop naze ici !... aujourd ?hui c ?est du passé qu ?il faudrait t ?arracher... et pouvoir aller libre… capable d ?autres émotions... pas plus sa place que le je ou les souvenirs... niaiseries aurait dit ton père... héritage des curetons... lignées paysannes... ne s ?encombrer ni d ?émotions ni de paroles... après la mort de sa mère... à ce moment-là sans doute que ses lettres d ?Allemagne... à la jaille !... n ?avait rien gardé de ce qui s ?entassait dans le grenier des grands-parents... vieilleries sans valeur... pas màªme l ?idée de refourguer le tout à un broc... direct à la décharge... deux ou trois tours avec la 403 du tonton avait suffi... place nette !... en tout et pour tout n ?avait gardé que le buffet qu ?ils avaient dans leur salle à manger... relégué au sous-sol tout près de la cuve à mazout... leur vaisselle de tous les jours dedans... rangée comme du temps de leur vivant... et les sacs en papier que conservait ta grand-mère... papier kraft fruits et légumes en couleur sur une face... pliés impeccables... le jeu de cartes du grand-père... et les jetons rouges et jaunes pour compter les points à la belote... à§a ton premier vrai contact avec la mort... six sept ans au décès de tes grands-parents... s ?étaient suivis à un an d ?intervalle... on ne t ?avait pas emmené voir leurs corps... ta mère que c ?était pas la peine... assez nerveux comme à§a... rien que les récits de tes frères... comment il avait fallu s ?approcher... poser un baiser sur leur front... et ta mère qui racontait sa première fois où traînée de force embrasser sa grand-mère...

Voir en ligne : extraits précédents

Commentaires