// Vous lisez...

du côté des revues

d’ici là 4

Le palimpseste de la mémoire est indestructible.

Le quatrième numéro de la revue d ?ici là  est consacré à la mémoire :

Le palimpseste de la mémoire est indestructible.

« Un homme de génie, mélancolique, misanthrope, et voulant se venger de l ?injustice de son siècle, jette un jour au feu toutes ses œuvres encore manuscrites. Et comme on lui reprochait cet effroyable holocauste fait à la haine, qui, d ?ailleurs, était le sacrifice de toutes ses propres espérances, il répondit : « Qu ?importe ? ce qui était important, c ?était que ces choses fussent créées ; elles ont été créées, donc elles sont. » Il pràªtait à toute chose créée un caractère indestructible. Combien cette idée s ?applique plus évidemment encore à toutes nos pensées, à toutes nos actions, bonnes ou mauvaises ! Et si dans cette croyance il y a quelque chose d ?infiniment consolant, dans le cas où notre esprit se tourne vers cette partie de nous-màªmes que nous pouvons considérer avec complaisance, n ?y a-t-il pas aussi quelque chose d ?infiniment terrible, dans le cas futur, inévitable, où notre esprit se tournera vers cette partie de nous-màªmes que nous ne pouvons affronter qu ?avec horreur ? Dans le spirituel non plus que dans le matériel, rien ne se perd. De màªme que toute action, lancée dans le tourbillon de l ?action universelle, est en soi irrévocable et irréparable, abstraction faite de ses résultats possibles, de màªme toute pensée est ineffaà§able. Le palimpseste de la mémoire est indestructible. »

Charles Baudelaire, Visions d ?Oxford, in Les Paradis artificiels.

Texte écrit pour D’ici là 4

d ?un effacement. tu ne demandais pas mieux. qu ?on gratte et qu ?autre. tellement mieux qu ?à puiser dans. pour en faire quoi ? transposer à la tierce ! non, gratter. du corps du texte jusqu ?à la marge. et qu ?il n ?en reste rien. tous ces mots qui t ?ont défait. qu ?à la sous-couche enfin : atteindre. atteindre et s ?offrir là . dans cet espace incertain. que les mots s ?y bousculent incohérents. et gratter. gratter encore.

La revue d’ici là  d’après son créateur, Pierre Ménard :

L ?idée de cette revue est de jouer la carte d ?une lecture écran, et de former, notamment autour des auteurs dont les textes numériques sont diffusés sur la plateforme publie.net, mais pas uniquement bien sà »r, un ensemble éditorial où se confrontent l ?image, le texte et le son.

Plusieurs numéros sont lancés parallèlement chaque année, sous forme de chantiers à suivre, à partir d ?une phrase qui fera office de point d ?orgue. Les textes doivent àªtre courts, quelques lignes, la plupart du temps. Mais la revue accueille également des textes plus longs, sur plusieurs pages, indépendamment de la forme de l ?écrit. Chacun peut envoyer ses créations tant que le chantier n ?est pas terminé.

Des graphistes, dessinateurs, peintres, illustrateurs, photographes, sont de la màªme faà§on, invités régulièrement à envoyer leur travail. La revue est accompagnée d ?une bande son, qui forme une approche du thème au màªme titre que les textes et les images.

Se procurer la revue

Commentaires