// Vous lisez...

monologues

d’un... l’autre / présentation

S’imposer pour première contrainte d’écrire un texte à partir d’une phrase de Beckett extraite du Dépeupleur en utilisant chacun des mots la composant comme point de départ d’une phrase. Constater que s’est mis en place une forme de monologue. Choisir comme seconde contrainte d’écrire à partir de là une série de monologues fonctionnant sur le màªme principe, à la seule différence que ces textes auront respectivement pour point de départ le deuxième mot de la phrase, puis le troisième, etc., le dernier monologue se présentant donc sous la forme d’une seule phrase. Au fur et à mesure de l’écriture des monologues, insérer des liens dans le premier texte, sur chacun des mots composant la phrase de Beckett. De màªme, insérer dans les monologues, toujours sur les mots composant la phrase initiale de Beckett, des liens amenant vers les monologues démarrant par ceux-ci. Permettre ainsi une lecture avec parcours multiple, une sorte de déploiement à partir de l’épigraphe — il serait donc possible de lire autrement qu’en tournant la page... Se dire qu’à partir du dernier monologue formé d’une seul phrase, il serait possible de démarrer une nouvelle série ! Ou renvoyer à une autre phrase épigraphe qui elle-màªme...

Commentaires