// Vous lisez...

entre deux | premier jet

tu relèves la tàªte

tu relèves la tàªte pour coup d ?œil au clocher… sà »rement visible d ?ici l ?horloge… y aller en douceur... pas grand-chose mais... respirer fort… toujours un peu flippants ces espèces de vertiges… les lendemains de cuite surtout… inutile de davantage lever la tàªte… t ?éloigner plutà´t… pas la peine d ?aller bien loin !... tension ?... respirer fort… et rester bien en appui sur les talons de tes bottes… campé au sol… combien de temps aussi que pas vu un toubib ?... cinq heures moins dix… moins pire que tu croyais !... arrivé quoi ?... vers une heure ici… guère plus… correspondrait… le temps de faire la soixantaine de bornes depuis Cornillé… une bonne sieste tout à l ?heure à la baraque... si tes frangins t ?entendaient !... tu avais de ces mots !... baraque !... propriété de famille qu ?il fallait dire désormais... cette envie de rire sità´t qu ?en usaient.... une énigme où ils étaient allés choper à§a... en tout cas en avaient plein la bouche !... chaque fois qu ?évoquaient la maison de Saint-Brévin... top ringard résidence secondaire… mais propriété de famille… voilà qui avait de la gueule !... et vous redorait le blason en peu de syllabes !... vous ancrait en longue durée... ne réclamaient pas de généalogie jusqu ?aux croisades !... ni màªme jusqu ?aux champs de bataille de l ?Empire !... qui aurait pu les croire ?... d ?ambition moindre... mais tout aussi tenace... pour à§a qu ?ils y tenaient tant à leur propriété de famille… faisaient d ?eux des héritiers... l ?heureux aboutissement de générations propriétaires... trop heureux de faire oublier que seulement depuis deux générations... pas grand chose pourtant... deux générations... un demi siècle de classe moyenne !... à mimer le panier de crabes quand seulement pris dans la nasse... parce que à§a et rien d ?autre qu ?ils avaient en tàªte, tes frangins… de péter plus haut que leur cul !... pas bien différents de ceux d ?hier soir de ce point de vue-là … des bourgeois de contrefaà§on… rien de plus !... pour à§a tous leurs mensonges… leurs approximations… ni vu ni connu ripolinaient leurs vies !... et allez zou !... propriété de famille le pavillon construit au black !... ferait quelle tàªte leur père ?... à les entendre causer comme à§a !... de ses mains qu ?il avait aligné les parpaings… lui et une équipe de Portugais... des gars qui bossaient à l ?usine avec lui... y avait passé un paquet de samedis avec eux... départ cinq heures... et retour tard le soir...

Voir en ligne : extrait précédent

Commentaires