// Mots-clés

blues

28 billets

Articles

RB | en cours

gros chantier du moment ; mise en ligne progressive

but don’t ask me what I think of you

I can’t help about the shape I’m in I can’t sing, I ain’t pretty and my legs are thin But don’t ask me what I think of you I might not give the answer that you want me to Peter Green, Oh well

Little Robert

Alan Lomax à la recherche de Robert Johnson, et celui-ci étant mort enregistre Son House et Muddy Waters, tellement plus de poids qu’une légende de pacte avec le diable, d’une part un de ceux qui se tient au plus près du blues d’avant l’industrie du disque — se méfier de l’expression blues des origines employée ici dans une version précédente, ce que à§a fige, et (...)

journal d’un (38)

Je me souviens de ces blues où s’allonger équivaut à renoncer, et à soi et au monde. précédent | suivant

you mean, pollution

Année de seconde, cours d’anglais, dire ce qu’évoquait pour nous les à‰tats-Unis, finir par lever la main et prononcer de mon mieux Muddy Waters, obligé de répéter, puis une fois que la prof eut compris les quatre syllabes lire la gàªne sur son visage, incapable de voir où je voulais en venir avec mes eaux boueuses, et tout à coup sourire aux lèvres, heureuse (...)

porte entr’ouverte

Il y a cette faà§on de démarrer, préluder, figures imposées, puis les mots qu’on pose, collages, quelques scènes, du seul, de l’abandon, de devenir pràªcheur et ne plus bosser, du trop de whisky qui vous bousille la vie, et puis les femmes, matière qu’on brasse, des chansons qu’on connaît, improviser dessus, et à un moment, instant de grà¢ce, coup de bol, non, c’est (...)

sun’s gonna shine

sun’s gonna in my back door someday à‡a fait peu en guise d’espoir de dépendre du temps qu’il fait. Certes métaphore. Mais ce poids de l’attente, cette forme de renoncement, cette humilité de qui sait qu’il n’y a pas grand chose à attendre de l’avenir, a intégré au plus intime que modestie s’impose, qu’à trop ràªver c’est dans l’excès qu’on bascule, et trop haut le (...)

blues

matière où puiser - figures qu՚on s՚impose - puiser trier mémoriser - combien de textes chacun on porte - anthologie intime - quelles phrases - quels mots - portes qui s՚ouvrent - paysages intérieurs - comme riffs revenus aux doigts - ce qu՚en soi on porte de leurs langues - présence physique - quelles pages martèlent - images qu՚on greffe - ce que du visage il (...)

une part de soi

c’est d’une chambre qu’il faut démarrer, de l’espace clos où se retirer mais aussi se construire : cabinet de lecture, cabinet d’écoute, lieu de retrait (désormais c’est le bureau qui permet le seul) d’un mercredi matin, temps de latence parce que seulement l’après-midi qu’à vélo ou 102 Peugeot rejoindre les copains, et écouter des 33 tours pendant des heures, dans (...)

nouveau jeu de cordes

Changer les cordes sur une guitare, en profiter pour nettoyer le manche, case à case, frette à frette, dépôt de crasse et de sueur — ce que l’instrument dépose en soi, et où, je n’en sais rien, ou ne saurais le dire aujourd’hui. Lentement accorder, craindre pour la chanterelle — tant de fois rompue par trop de tension : désormais savoir (pas tant de choses (...)

0 | 10 | 20

Catégories

notes sur le blues

écoutes