// Vous lisez...

c’est

c’est (36)

c’est entendre un extrait de The Wall à la radio, c’est le hey, teacher, leave the kids alone, c’est se souvenir de la cassette au boîtier bleu, la pochette qu’on dépliait pour y lire les paroles, ne pas savoir si elle est dans le tiroir où avoir rangé les cassettes, de celles écoutées en boucle, c’est sans doute àªtre devenu rien qu’une autre brique dans le mur, se dire qu’il tiendrait bien sans nous le putain de mur, c’est se souvenir d’àªtre allé voir le film au cinéma, et la scène du fix dans les chiottes, c’est avoir fait des études pendant que d’autres tout près partaient en vrille, c’est les profs que tu revois quinze vingt ans plus tard, et c’est un peu eux qui ont décidé de ton destin, des études, de la lecture, de l’attrait pour la lecture et màªme un peu de la musique qu’écouter et jouer, c’est avoir dit devenu prof àªtre passé de l’autre cà´té de la barrière, c’est devenu parent d’élèves dire àªtre des deux cà´tés de la barrière, se demander si elle existe cette barrière, si elle n’est pas rien d’autre que du temps, du passé, de la mémoire, de l’enfance qui s’effiloche et revient par bribes, se rappeler qu’enseigner c’est rester à l’école, se souvenir des mots qu’un des profs qui a compté, qu’on devient parfois prof pour ne pas quitter une structure qui rassure, avoir répondu qu’on pouvait aussi y rester pour la transformer de l’intérieur, héritage du discours politique alors ambiant, c’est se souvenir des scènes de baston devant le collège, des prénoms de quelques-uns, n’avoir gardé presque aucune photo d’alors, c’est we don’t need no education / we don’t need no first control, mots qu’on a gueulé, ne garder qu’un vers sur deux

Chantier ouvert après lecture du C ?était, de Joachim Séné, paru initialement sur le convoi des glossolales, repris ensuite en versions numérique et papier chez publie.net, et consacré au travail d ?un informaticien dans un openspace. à‰voquer le boulot de prof, non pas avec le recul de qui l ?a quitté, mais comme un présent : c ?est. Réflexions désordonnées, images qui se proposent. Démarré en septembre 2012, poursuivre jusqu ?aux prochaines vacances d ?été.

Commentaires