// Mots-clés

listes

96 billets

Articles

injonctions (10)

écouter le chant des fissurest ?autoriser les ràªves mappemonde

c’est (36)

c’est entendre un extrait de The Wall à la radio, c’est le hey, teacher, leave the kids alone, c’est se souvenir de la cassette au boîtier bleu, la pochette qu’on dépliait pour y lire les paroles, ne pas savoir si elle est dans le tiroir où avoir rangé les cassettes, de celles écoutées en boucle, c’est sans doute àªtre (...)

c’est (30)

c’est, au hasard d’un exercice, lire cette réplique de Giraudoux, Intermezzo : Le plafond, dans l’enseignement, doit àªtre compris de faà§on à faire ressortir la taille de l’adulte vis-à -vis de la taille de l’enfant. Un maître qui adopte le plein air avoue qu’il est plus petit que l’arbre, moins corpulent que (...)

tu dis (6)

tu dis : « Ce n’est pas passer à côté des jours qui me fait peur, mais demeurer sur le seuil... » tu dis : « Qu’il fasse jour ou pas quand tu te réveilles, c’est pas ça l’important : mais qu’il y ait des sons qui te parviennent du dehors, histoire d’être sûr que ça existe encore le monde autour. » tu dis : « Le (...)

c’est (18)

c’est constater qu’entamer deuxième décennie du 21ème et si peu d’écrivains du siècle précédent dans les manuels, c’est envie de sortir les griffes quand devoir subir les mais-quand-liront-ils-les-clà¢à¢à¢à¢ssiques-sissenètolycée ?, c’est le gamin qui en toute bonne foi déclare qu’il a lu Candide, enfin un résumé sur (...)

injonctions (26)

au matin choisir tes instruments d’optique ne rien espérer du kaléidoscope (pas màªme l’ivresse)ne rien craindre des fragments du miroir (mais des bris que tu portes ?)ne plus confondre lunette et bà¢ton de pluie

tu dis (8)

tu dis : « Quand je marchais dans la ville la nuit, je savais pas que c’était dans le silence que j’avançais. » tu dis : « C’était rassurant de suivre le fleuve, lui emprunter sa direction. » tu dis : « Quand tu marches à deux dans la nuit, le moment où sans rien convenir on finit par se taire... » tu dis : « Leurs lignes noyées dans (...)

tu dis (11)

tu dis : « De quoi j’ai peur, comme ça tout de suite je dirais de rien, mais peut-être parce que j’ai jamais trop pris le temps d’y penser... » tu dis : « Le gars qui cherche, de l’or ou n’importe quoi, mais que toute sa vie c’est chercher, il devient quoi une fois trouvé le filon ?... » tu dis : « Tu t’es déjà (...)

tu dis (17)

tu dis : « Chaque excès m’ampute. » tu dis : « Rassembler les morceaux, mais ne savoir quoi faire de ton corps. » tu dis : « Quand il n’y a plus que de la peur sous ton crâne, et le silence des pièces vides : les voix de la radio sont impuissantes. » tu dis : « C’est l’envie de faire place nette, et l’énergie à rien. » tu (...)

tu dis (21)

tu dis : « Toute la journée, j’ai cherché dans chaque pièce de la maison, inspecté chaque meuble, chaque recoin : mais pas une seule trace de sang... » tu dis : « Je m’en doutais. » tu dis : « C’est la nuit seulement que je l’entends : tombe goutte à goutte. » tu dis : « Que dans les livres qu’on voit, et dans les rêves... (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90