// Vous lisez...

c’est

c’est (37)

c’est les cahiers de devoirs de vacances pour des tout petits sur les campings, c’est se dire que monde de trouille et de fric, c’est l’expression c’est pour toi que tu travailles, avant d’ajouter pour ton avenir, ou menaà§ant tu verras/regretteras plus tard, c’est les màªmes qui affirment à´ combien difficile pour un gosse de se projeter dans l’avenir, et qu’on ne sait pas de quoi celui-ci sera fait, sinon qu’il sera moche bien crade tout flippant d’angoisse, c’est le ràªve que les mà´mes travaillent ni pour eux ni pour personne, juste à devenir eux-màªmes, et devenir capables de dessiner le contour de leur visage, c’est la pointe d’anxiété d’avant rentrée, la peur de manquer de temps pour tout mener de front, c’est se dire qu’une drà´le d’idée de tenter d’intéresser des enfants à la littérature sachant que leurs parents n’en ont pour la plupart rien à battre, mis à part le cliché que lire c’est pratique pour s’améliorer en orthographe, des fois màªme pour passer des concours, et l’affirmation tonnante mais néanmoins trébuchante que des livres il y en a à la maison (quand c’est des lecteurs qu’il faudrait), c’est avant màªme d’avoir repris le collier se sentir nimbé d’optimisme

Chantier ouvert après lecture du C ?était, de Joachim Séné, paru initialement sur le convoi des glossolales, repris ensuite en versions numérique et papier chez publie.net, et consacré au travail d ?un informaticien dans un openspace. à‰voquer le boulot de prof, non pas avec le recul de qui l ?a quitté, mais comme un présent : c ?est. Réflexions désordonnées, images qui se proposent. Démarré en septembre 2012, poursuivre jusqu ?aux prochaines vacances d ?été... et finalement continuer. Jusqu’à quand ? On verra bien...

Commentaires