// Vous lisez...

tu dis

tu dis (8)

tu dis : « Quand je marchais dans la ville la nuit, je savais pas que c’était dans le silence que j’avançais. » tu dis : « C’était rassurant de suivre le fleuve, lui emprunter sa direction. » tu dis : « Quand tu marches à deux dans la nuit, le moment où sans rien convenir on finit par se taire... » tu dis : « Leurs lignes noyées dans l’obscur, mais les façades toujours là , hautes, dures, et tout ce qu’elles cachent derrière : et dans ta tête, pareil. » tu dis : « Sortir, ça veut pas dire grand chose : c’est souvent au dedans que ça mène. »

Commentaires