// Vous lisez...

entre deux | premier jet

vous n’aviez jamais su

vous n ?aviez jamais su... jusqu ?au bout... de toute faà§on n ?alliez jamais où vous auriez voulu avec les mots... pris à leur piège... au và´tre... repeigniez la vie en sombre... ce que vous saviez le mieux faire ensemble... mais dit de tendre... de respect ou de fierté... de soutien... langue étrangère disait Karine... difficile de parler langue non apprise... tu en sais quelque chose... mais s ?y essayer... bredouiller langue du soi... langue du dedans... à peine effleurée tu perds tes mots... c ?est chaque fois s ?heurter à goà »t d ?impossible... tessons qu ?on malaxe... atteindre à trop d ?enfoui... pas màªme ce que vous aviez sur le cœur... pas màªme... alors crever surface... au début avec Karine... si compliqué... tu l ?emmenais dans des bars... des concerts... enveloppés nappes sonores... un verre pour s ?occuper les mains... le regard... et parler musique... mais seuls... rues piétonnes... pavés roses... marcher sous simili réverbères... pavés des quais... longer le fleuve... ce silence que tu portais... plus lourd que poids des morts... syllabes hoquetées hachées d ?alcool... répéter que pas bien doué pour mots qui passent en gorge... qu ?écrire tu avais appris... lettres que tu laissais sur la table de la cuisine... comme à§a tu pouvais... avec ton père vous n ?aviez jamais su... ni lettres ni rien... jamais pu... jamais pris le risque... essayer quitte à dire peu... le silence votre élément... mais silence béant une fois l ?absence.. mots rentrés... mots portés... les mots morts nés qui font les cercueils les plus lourds...

Voir en ligne : extraits précédents

Commentaires