// Vous lisez...

entre deux | premier jet

direction Nantes

direction Nantes... un peu plus de ronds-points qu ?avant c ?est tout... l ?hà´pital la polyclinique... et ensuite la première zone commerciale... par là que commencé l ?encerclement... sortie de ville massacrée... ton père emmenait le sien voir les travaux... tour de voiture le dimanche après-midi... impressionnés que tout se monte si vite... qu ?on puisse ainsi sans fondations ou presque... des drà´les de faà§ons de construire... ces structures métalliques... une autre époque c ?est sà »r... captaient les signes qu ?ils pouvaient... boulevard périphérique immeubles et lotissements aux maisons toutes pareilles... gosse àªtre allé avec eux... toupies de béton qu ?on coulait comme dans un moule... le grand-père hochait dubitatif... des prés tout à§a avant... progrès en marche... contre à§a on peut quoi nous autres... et puis on a fait son temps... place aux jeunes... il disait à§a en te tapotant l ?épaule... place aux jeunes... la vie qui va et qu ?on subit... discret tirer sa révérence... t ?en étais jamais sorti de tout à§a... représentation du monde... Weltanschauung... ces après-midi passés à la B.U.... accumulé les lectures et puis après ?... changé quoi du monde ?... décidé quoi de ta vie ?... jamais bons les lendemains de cuite... descente assurée... te raccrocher à quoi ?... dans les contes du chat perché de Marcel Aymé... constat réac qui fait frémir... tu l ?avais souvent repris quand tu bossais au collège... qu ?à vouloir éduquer les pauvres on les rend malheureux... plus malheureux encore... parce qu ?ils ont conscience de leur malheur... et ce sentiment de rester au bord d ?un monde... c ?est le jouet dans la vitrine... l ?odeur du repas la faim au bide... le gosse derrière le portail l ?allée de graviers blancs et puis ce sourire... qu ?une autre faà§on de s ?inscrire au monde... mais ne pouvoir s ?y résoudre... trahir à peine... et s ?en vouloir de à§a aussi... pantin conscient... conscient de tout le flasque... de tout le ridicule... ne s ?encombraient pas de pareilles idées hier soir... fardés de souvenirs... nappés de mots... qu ?elle tienne debout leur vie... qu ?elle soit au moins présentable... nappés de mots... fardés de souvenirs... et toujours pràªts à t ?en noyer... savaient ce qu ?il fallait penser... ce qu ?il fallait dire... un avis sur tout et la formule toujours pràªte... pas étonnant que ce soit barré en couilles... la Sylvie déjà ... à réajuster ses lunettes tout le temps... cette drà´le de faà§on qu ?elle avait de prononcer les classiques... l ?appui qu ?elle prenait à la première syllabe... l ?étirait tant... ce dédain pour ce qui s ?écrivait aujourd ?hui... que déjà lire tous les claaaassiques... et puis, si les élèves ne les lisent pas à l ?école les claaaassiques, les liront quand ?... elle, les lisait pendant ses insomnies... drà´le de l ?imaginer dans son lit... en mains une de ces éditions scolaires comme les profs en reà§oivent tant... cherchant le sommeil et rien d ?autre...

Voir en ligne : extraits précédents

Commentaires