// Vous lisez...

entre deux | premier jet

ne restait pas lourd une fois les paupières closes

ne restait pas lourd une fois les paupières closes... ces papiers qu ?il avait fallu trier avec ta mère... banque administrations assurances... ton père qui s ?occupait de tout à§a... deux étagères dans l ?armoire de leur chambre... chemises cartonnées... étiquettes autocollantes... les màªmes que sur tes bouquins d ?école gamin... son écriture arrondie, appliquée... à§a qu ?il avait laissé dans son sillage... numéros client compte adhérent contrat... envoyer des lettres... ton rayon l ?écriture... clà´turer résilier transférer... des trucs délirants des fois dans le journal... de morts à qui on réclame par courrier... intime de se présenter régler... morts laissés en suspens administratif... à¢mes en peine nouvelle mode... pour à§a qu ?il fallait bien faire les choses... ne rien oublier tout déblayer... qu ?on le laisse en paix... et que à§a soit moins de chagrin chaque fois qu ?elle allait chercher le courrier... qu ?elle lise plus son prénom à lui dans le rectangle où l ?adresse... c ?était fini maintenant... sur la boîte aux lettres aussi il avait fallu changer... que à§a soit plus qu ?au nom de madame... plus rien que dans le marbre désormais son nom... en lettres dorées elle avait voulu... trace ultime... pas grand chose... mais puisqu ?ils pouvaient se le payer... et puis à§a faisait plus propre sur la tombe... les morts aussi on les noyait de paroles !... laissait quoi d ?autre sinon ?... sa chevalière... ses outils pour le jardin... la maà§onnerie... la maison de Saint-Brévin !... mais tiré du dedans ?... arraché à l ?intime...

Voir en ligne : extraits précédents

Commentaires