// Vous lisez...

fragments

sans déranger la nuit

Alors, patiemment, froidement, sans déranger la nuit qui l’entourait, le jeune homme prit son revolver et visa. Gaston Leroux, Le Fantà´me de l’Opéra

Voir en ligne : G. Leroux, Le Fantà´me de l’Opéra

Commentaires