// Vous lisez...

fictions

c’est descendre du train qu’il aurait fallu

c ?est descendre du train qu ?il aurait fallu, tu le savais, de ces évidences qui vous traversent, on ne les saisit pas toujours comme on devrait, on sent que à§a vibre au-dedans, sent tout ce qui s ?y réveille, résonne et fait écho, bien trop confus pour qu ?on s ?y retrouve, c’est suivre la pente qu’il faudrait, yeux clos tracer sa route, parce que tu serais descendu du train tout à l ?heure, tu aurais pris ton sac sur l ?étagère, remonté le wagon, rien pour t ?en empàªcher, rien ni personne, tu serais descendu, certain que personne pour toi sur le quai, personne que tu connaisses, tu serais descendu, sans rien avoir à dire, sans visage à composer, tu sais cette faà§on d ?étirer les lèvres en haussant légèrement les sourcils, composer l ?esquisse d ?un sourire à défaut de gommer la fatigue, la fatigue, tout ce qu’il y aurait à en dire, tu aurais commencé à marcher sur le quai sans te poser aucune question, si modérer ton pas, ne pas leur donner l ?impression de courir vers eux, effacer toute trace de réticence, tu aurais rejoint le hall sans l’angoisse d’avoir à croiser leurs regards, tendre ta main et joues à joues et lèvres à joues leurs peaux froides ces parfums, sans le ridicule de contrà´ler ton corps quand leurs mains à l ?épaule, leurs mains dans le dos, cette faà§on qu ?ils ont de vouloir comme te relancer, comme gamin ces poupées mécaniques, quand plutà´t que remonter la clé, d ?une pichenette du doigt déclencher les derniers soubresauts du mécanisme, qu ?elles avancent encore un peu, quitte à tomber peu de temps après, derniers mouvements nez au carrelage, ils l’ont donc senti que bientà´t plus, oui, tu serais descendu, n ?importe où, aurais marché sans avoir à rouler en tàªte ces deux ou trois phrases que tu préparais à chaque fois, ces phrases qu ?il faudrait tenter de placer pendant que vous rejoindriez le parking, quand leurs paroles en flots, patchwork du rien, ne suffisent pas les formules, donc tu aurais remonté le quai, non, pas d’arràªt au buffet, trop de temps passé là dans l ?attente, tu traverserais le hall, inutile de prendre un taxi, marcher plutà´t, marcher jusqu’où, tu verrais bien première version : 11 novembre 2011

Commentaires