// Mots-clés

introspection

90 billets

Articles

tu dis (4)

tu dis : « Je sais que mon voisin du dessus porte une lame de rasoir en pendentif, mais j’ignore s’il l’enlève pour dormir. » tu dis : « Je n’ai jamais su conserver mes amulettes. » tu dis : « Connaître ce que chacun porte à son cou, à son poignet, et tous les tatouages sur des millions de corps : ce ne serait qu’à peine (...)

tentation

C’est souvent que à§a revient, la tentation de laisser tomber, de plus s’échiner avec l’excavatrice, s’encombrer avec tout ce que à§a remue. Mais l’effet que à§a fait chaque fois. Tu comprends pas bien au début. Tu te sens màªme un peu plus léger. Et puis c’est à§a qui fait peur, de plus s’arrimer à rien. La (...)

écouter de nouveau un disque oublié

écouter de nouveau un disque oublié, retrouver le geste pour sortir le vinyle de sa pochette carton puis papier sans poser les doigts sur les sillons, retrouver parfois ces papiers kraft, indices d’un import américain dont alors on était fier, l’impression qu’on avait alors de s’approcher d’un continent qui paraissait (...)

bombes

être né dans un monde où les bombes H s’égarent, c’est tellement vite arrivé un accident — toute ton enfance avoir entendu le refrain du bouton rouge, qu’assez pour faire sauter la planète mais que la capacité de mort à grande échelle était l’assurance d’un équilibre, était synonyme de paix — des kilos de (...)

météo

météo, moment clé des fins de repas, suspens tandis que la table se débarrasse où que la vaisselle commence, gestes suspendus, silence imposé à chacun pour écouter la prédiction du jour — à rebours la météo quitte la prédiction pour offrir du mythe : être né le lendemain d’une tempête de neige, Paris bloqué, à§a vaut-y pas l’îlot battu (...)

Je ne sais pas le lieu de ma colère.

Je ne sais pas le lieu de ma colère. Là où elle s’ancre. Où elle pourrait éclater, prendre forme. Informe, ma colère est une nappe. Une marée noire. Stagne dans son maillage serré. Ma colère est poids qui renonce à jaillir. Ma colère ne s’use pas avec le temps, elle ne fait que s’enfoncer davantage. Ma colère que j’imagine comme (...)

ta peur mère

ta peur mère, tu la connais, matrice de toutes, tu sais màªme la nommer, énoncer jusqu’aux goà »ts qu’elle laisse dans ta bouche, jusqu’aux creux qu’elle dessine dans ta poitrine, jusqu’à la saisie en chute vertige quand elle parvient en bas du ventre — c’est peur qui se plaît aux cavités —, jusqu’au (...)

je connais des ciels

Je connais des ciels miroirs où enfouir mes visages.

brisé là 

du talon qui s ?abat sentir monter le cri, poussée lente mais tu la sais inévitable, ne rien anticiper : ce serait abandonner – du moins ce que tu crois – ne rien prévoir, mais une fois qu ?hors appréhender ton cri pas tant par goà »t de la table rase mais débusquer ce qui là se niche, surgit quand l ?énergie déployée et que dans tes bras et jusqu ?aux (...)

purgée de ses rumeurs

Il y a dans notre vie des matins privilégiés où l’avertissement nous parvient, où dès l’éveil résonne pour nous, à travers une flà¢nerie désœuvrée qui se prolonge, une note plus grave, comme on s’attarde, le cœur brouillé, à manier un à un les objets familiers de sa chambre à l’instant d’un grand départ. Quelque chose comme (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80