// Mots-clés

Muddy Waters

6 billets

Articles

une part de soi

c’est d’une chambre qu’il faut démarrer, de l’espace clos où se retirer mais aussi se construire : cabinet de lecture, cabinet d’écoute, lieu de retrait (désormais c’est le bureau qui permet le seul) d’un mercredi matin, temps de latence parce que seulement l’après-midi qu’à vélo ou 102 Peugeot rejoindre les copains, et écouter des 33 tours pendant des heures, dans (...)

you mean, pollution

Année de seconde, cours d’anglais, dire ce qu’évoquait pour nous les à‰tats-Unis, finir par lever la main et prononcer de mon mieux Muddy Waters, obligé de répéter, puis une fois que la prof eut compris les quatre syllabes lire la gàªne sur son visage, incapable de voir où je voulais en venir avec mes eaux boueuses, et tout à coup sourire aux lèvres, heureuse (...)

Mannish Boy (mise à jour)

Mise à jour de Mannish Boy chez publie.net. Pour l’occasion, reprise de ce qu’en disait Guillaume Vissac (lire son Coup de tàªte !) sur Fuir est une pulsion : à‰tonné par ma lecture express de Mannish boy entre hier et demain (passant par là seulement mais suffisamment entraîné par la langue pour bien tourner les pages). Vu de loin intordable le texte saccadé, on (...)

Little Robert

Alan Lomax à la recherche de Robert Johnson, et celui-ci étant mort enregistre Son House et Muddy Waters, tellement plus de poids qu’une légende de pacte avec le diable, d’une part un de ceux qui se tient au plus près du blues d’avant l’industrie du disque — se méfier de l’expression blues des origines employée ici dans une version précédente, ce que à§a fige, et (...)

écouter de nouveau un disque oublié

écouter de nouveau un disque oublié, retrouver le geste pour sortir le vinyle de sa pochette carton puis papier sans poser les doigts sur les sillons, retrouver parfois ces papiers kraft, indices d’un import américain dont alors on était fier, l’impression qu’on avait alors de s’approcher d’un continent qui paraissait inaccessible — on finirait par y mettre le (...)

Muddy Waters

Muddy Waters, pas la pollution, non, mais surnom donné par une grand-mère, et à§a devient nom de scène, d’un gamin qui joue dans la boue, et mouvement de la terre qu’on travaille vers la ville, homme charnière, Lomax qui l’enregistre et lui demande s’il connaissait Johnson, et Waters de lui parler de Son House, ceux du passé qu’il porte, ombre portée, des savoirs (...)