// Mots-clés

Jimi Hendrix

7 billets

Articles

I don’t live today

I don’t live today Maybe tomorrow I don’t know Jimi Hendrix

David Bowie, rock’n’roll suicide

tant de fois raconté dernier coup de fil d՚Hendrix... help répété par deux fois répondeur... vrai ou pas quelle importance... à chacun redire... que passe sur nos lèvres... mots défaut d՚aller au bout... bille en tàªte mur du drame... Simenon qu՚aller au bout de soi... pas tant fascination du glauque... de la dope... abîmes des corps... mais ce qui de solitude... (...)

Hendrix, castles made of sand

tu ne savais pas encore... le sentais peut-àªtre... and so castles made of sand... là le mouvant... à§a la vie... fall in the sea.... eventually... cette liste d՚échecs... de vies qui démarrent et aussità´t s՚effondrent... un résumé comme un autre... chà¢teaux de sable que tu laissais derrière toi... mais gamin le plaisir que c՚était... et l՚oubli et l՚abandon... la (...)

Jimi Hendrix, highway chile

partir... qu՚importe l՚absolu... peut-àªtre màªme de lui donner un nom... l՚essentiel qu՚il soit toujours barré derrière la ligne d՚horizon... but it goes a little deeper than that... he՚s a highway chile... face B du 45 tours... and the wind cries Mary sur l՚autre...

Hendrix, I don’t live today

toujours une copie dans la boîte à gants... Are you experienced ?... la six... premier concert sur une vraie scène... changeait des bistrots... salle polyvalente de Saint-Macaire... will I live tomorrow ?... l՚aviez choisie pour terminer... solo du batteur en intro... well I just can՚t say right now... lampées de bière pendant qu՚il s՚acharnait sur ses fà (...)

une part de soi

c’est d’une chambre qu’il faut démarrer, de l’espace clos où se retirer mais aussi se construire : cabinet de lecture, cabinet d’écoute, lieu de retrait (désormais c’est le bureau qui permet le seul) d’un mercredi matin, temps de latence parce que seulement l’après-midi qu’à vélo ou 102 Peugeot rejoindre les copains, et écouter des 33 tours pendant des heures, dans (...)

all along the watchtower

Sentinelle, tension de l՚attente, on dit les sens en éveil, regard plongé dans la nuit ou l՚immense, oreille aux aguets, c՚est veille immobile, très peu pour moi, et garder qui, se protéger de quoi, plutà´t longer les miradors, on finit toujours par trouver le moyen de s՚en éloigner, du moins tenter le croire, s՚évader peut-àªtre pas, tunnels qu՚on creuse y ramper (...)