// Vous lisez...

fictions

sur la place de Marennes | pistes #3

Elle lisait les faits divers dans le journal Sud Ouest. C’était rare qu’on en parle à la télé ou à la radio de ce qui se passait ici. De là à croire qu’il ne s’y passait rien. La vie allait, comme ailleurs. Elle avait l’habitude de croire que la vie allait moins vite dans cette partie du pays qu’elle habitait. Ici on vivait en retrait, à l’écart. Un ostréiculteur était parfois porté disparu — et l’image d’une barge vide à la dérive. Parfois, on découvrait un corps mort dans un bois — on donnait des détails sordides, état de décomposition avancée, boîte crà¢nienne défoncée, mais les mots ne parvenaient à former d’images très précises. Un malaise passager, rien de plus. Parfois les gendarmes découvraient un couple en train de compter des billets de banque à l’arrière d’une voiture, en pleine nuit — dans le coffre, du matériel de pàªche, des vàªtements et des bijoux. C’est plus facile d’imaginer ce genre de bric à brac — comme un vide-greniers dans la nuit, et des objets qui ont encore de la valeur.

sur la place de Marennes | #pistes 1 sur la place de Marennes | #pistes 2

Voir en ligne : Marennes | faits divers

Commentaires