// Vous lisez...

soutènements

seuil

Quand s’ébranla le barrage de l’homme, aspiré par la faille géante de l’abandon du divin, des mots dans le lointain, des mots qui ne voulaient pas se perdre, tentèrent de résister à l’exorbitante poussée. Là se décida la dynastie de leur sens. J’ai couru jusqu’à l’issue de cette nuit diluvienne. Planté dans le flageolant petit jour, ma ceinture pleine de saisons, je vous attends, à´ mes amis qui allez venir. Déjà je vous devine derrière la noirceur de l’horizon. Mon à¢tre ne trait pas de vœux pour vos maisons. Et mon bà¢ton de cyprès rit de tout son cœur pour vous. René Char, Commune présence

Commentaires