// Mots-clés

écrire

91 billets

Articles

l’indicible n’est pas tapi dans l’écriture, il est ce qui l’a bien avant déclenchée

l’écriture est le souvenir de leur mort et l’affirmation de ma vie

promenade dominicale (1)

ont à offrir les images ; trois jours qu’elles ont été prises ; espace connu, vécu là une vingtaine d’années en bord de nationale, timbre-poste de quelques hectares qu’il s’agit de creuser désormais, tout au moins le prendre partiellement comme point de départ de l’écriture ne pas publier aujourd’hui la centaine de (...)

solfiant des groupes de mots

Au cours de la lecture, on dit qu’une voix silencieuse, parfois, se fait jour. A l’évidence, elle ne naît pas du livre. Mais le corps ne l’articule pas. Elle épouse le rythme de la syntaxe et sans qu’elle fasse sonner les mots elle mobilise pourtant la gorge, le souffle, les lèvres. Il semble que tout le corps, pourtant immobile, (...)

pacte

Un pacte, simplement. Pour vous, le primum vivre, deinde philosophare s’investit à fond dans le vivere historique, ce qui est fort bien et est peut-àªtre la seule faà§on de préparer le terrain pour le philosopher et le poétiser de demain. Mais j’ai à cœur de supprimer la divergence qui nous accable et c’est pour cela que je vous (...)

ne passe plus

Entrepris hier de dactylographier. Toute la journée sur l’ordinateur, avec des intermèdes douloureux où je reprends des passages sur lesquels la mise au net, en caractères normalisés, jette sa lumière brutale, décapante, dramatique. Ce dont on s’accomode au stade antérieur, sur manuscrit, ne passe plus. Un regain d’énergie, la volonté (...)

nuages

Et si c’était à§a sur la page, choper les nuages qui passent, masses mouvantes, lumières qui alternent, un dire au gré du vent, flux au dessus d’antennes aveugles, paraboles immobiles.

rien sous la main que le vide

Ce qu’on appelle ridiculement le "travail de l’écrivain" est une oisiveté qui confine à la misère. Il n’a pas de bout de couverture, de tricot, à peine d’agitation manuelle. Ce travail n’apaise pas, il ne dirige pas la pensée hors de soi, il ne fournit pas de dérivation à l’animation propre à un corps. Il n’a (...)

ce livre est vivant

Ce livre est vivant. Il répugne à se laisser consulter. Il faut àªtre plus fort que lui pour lui arracher ses secrets. Tant qu’on ne l’a pas dompté, on n’y voit que du rouge. Les caractères noirs ne se montrent que lorsqu’on les y a contraints, en rossant le livre, comme un cheval rétif. On est obligé de se battre avec lui, et la (...)

des contours moins fermes

Quant l’observation de moi-màªme, je m’y oblige, ne fà »t-ce que pour entrer en composition avec cet individu auprès de qui je serai jusqu ?au bout forcé de vivre, mais une familiarité de près de soixante ans comporte encore bien des chances d’erreur. Au plus profond, ma connaissance de moi-màªme est obscure, intérieure, informulée, (...)

tu dis (23)

tu dis : « Toujours se méfier de la mémoire des doigts ; autant sur le manche que sur le clavier. » tu dis : « Ne crois pas que tu écrives seul : les morts qui t’accompagnent. » tu dis : « Eux qui te proposent leurs grilles. » tu dis : « Eux qui ralentissent. Qui accentuent. Qui accélèrent. » tu dis : « Le premier mode que tu apprends, si tu (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90