// Vous lisez...

d’écrire

solfiant des groupes de mots

Au cours de la lecture, on dit qu’une voix silencieuse, parfois, se fait jour. A l’évidence, elle ne naît pas du livre. Mais le corps ne l’articule pas. Elle épouse le rythme de la syntaxe et sans qu’elle fasse sonner les mots elle mobilise pourtant la gorge, le souffle, les lèvres. Il semble que tout le corps, pourtant immobile, s’est mis à suivre une certaine cadence, qu’il ne gouverne pas, mais que le livre lui impose : la langue résonne en silence dans les marques syntaxiques, le corps halète un peu, et c’est un très lointain fredon. On le dit. « On le dit », cela veut dire : ce sont des choses qu’on entend. Mais personne n’entend les livres. S’il est vrai que la ponctuation d’un livre est plus affaire de syntaxe que de souffle, il reste que parfois pareille voix fictive parcourt effectivement le corps. Màªme, quand le livre est très beau, elle fait penser que la lecture n’est pas si loin de l’audition, ni le silence du livre tout à fait éloigné d’une « musique extràªme » — encore qu’il faille affirmer aussità´t qu’elle est imperceptible. Aussi entend-on parler de la ponctuation comme d’une sorte de cadence ou, plutà´t, de « mouvement d’exécution ». Ce n’est pas un air, une mélodie : mais un rythme qui est abstrait, qui chiffre la promptitude ou la lenteur, solfiant des groupes de mots, décidant des valeurs. Ainsi on estime certaines ponctuations pour agitées, ou contenues, pour graves, ou inquiètes, pour fougueuses, ou sèches, pour domptées, ou tumultueuses — et il est vrai que le rejet màªme de la ponctuation, loin qu’il affranchisse d’une règle, consent un sacrifice qu’il n’appelait peut-àªtre pas de ses vœux s’il a pour premier effet des restrictions supplémentaires, des privations exorbitantes. Vouant à vivre de peu, il accroît la misère. Quand son absence trouverait ou bien transgresserait une loi convenue, elle impose, quelque ràªve qu’elle fasse, à la richesse te à la variété des propositions diverses une pauvreté rythmique et une uniformité syntaxique qui vont sans doute à l’encontre du désir qui l’avait suscitée, qui l’entravent au lieu qu’elles le libèrent, et introduisent à un ordre d’autant plus contraignant qu’il pèse sur des ressources amoindries. Pascal Quignard, Petits traités I, « Le livre des lumières »

Commentaires