// Vous lisez...

c’est

c’est (12)

c’est celui qui confie, devant sa copie qu’il doit corriger, "c’est bàªte à dire, mais je sais pas comment travailler en fait", c’est lui répondre qu’il vient de franchir un sacré pas, c’est le reflet des mà´mes dans les vitres, matin d’automne, fenàªtres éclairées des appartements voisins, c’est la cloche du tramway, se dire qu’on pourrait y monter, échapper à la contrainte d’àªtre là , devoir parler, mobiliser son énergie, s’autoriser au silence, glisser vers d’autres mots, c’est détour d’un texte s’arràªter sur une phrase, syntaxe remarquable, se dire qu’il faudrait les recopier, pourquoi pas ici sur le site, de Duras la dernière : Sa bouche est desséchée par d’autre faim que rien non plus ne peut qu’apaiser à peine, le vin.

Chantier ouvert après lecture du C ?était, de Joachim Séné, paru initialement sur le convoi des glossolales, repris ensuite en versions numérique et papier chez publie.net, et consacré au travail d ?un informaticien dans un openspace. à‰voquer le boulot de prof, non pas avec le recul de qui l ?a quitté, mais comme un présent : c ?est. Réflexions désordonnées, images qui se proposent. Démarré en septembre 2012, poursuivre jusqu ?aux prochaines vacances d ?été.

Commentaires