// Mots-clés

temps

18 billets

Articles

plus bien loin

plus bien loin... quitter l ?ancienne nationale... traverser les marais... ballades à vélo avec tes frères... peiner derrière quand trop de vent... en appui de tout le corps sur les pédales mais pas bien lourd !... troncs ployés... branches étendues horizontales... tendues vers rien... pays géométriques... rectangles bordés talus herbeux... quelques (...)

photos du pont en construction

photos du pont en construction... demander à ton frère de les scanner... série... expliquer comment... à part photos de famille... communions aube blanche... mariage endimanchés... repas de baptàªme... en ligne devant le parterre aux camélias... goà »t des chantiers... mais pas tant pour les deux maisons... well, I don ?t... ce soin de chaque étape... (...)

démàªler

En somme, ceux de son à¢ge ont connu trois mondes différents. Quel que soit le niveau social où ils sont nés, ils ont eu des grands-pères à longue barbe, en redingote et en chapeau haut de forme, des grands-mères en robe longue, un chignon sur le sommet de la tàªte, des moustaches à leur père et chacun a eu au moins un oncle fier de ses larges favoris. (...)

série

Azay-sur-Indre, pont de la D10

t’approcher du panneau près de l’entrée

t ?approcher du panneau près de l ?entrée... le lire... tu sais déjà ... permis de démolition... un numéro... tu continues... retrouves cette légère descente... y prenais ton élan à vélo... tous ces tours autour de la maison... là tes premières fictions... sur cette bande de terre que tu découvrais tes mondes... faà§onnais tes ràªves... dans ce carré-là (...)

murs #2

Vierzon, 22 rue Paul Lafargue

traces de l’âge

se rendre à un repas de famille, y constater que les traces de l’âge ne sont pas que taie sur l’œil — ça, on sait réparer —, mais aussi fixité, façon de ne rien voir, menton qui tombe le regard aux genoux, et le silence qui va avec, visage inexpressif, vague tristesse à première vue, mais lisse conviendrait mieux, et distance, (...)

la chrysalide d’une vie

Il est onze heures lorsque nous sommes à Saint-Bonnet. Nous tentons de mettre la chaudière en marche. Elle s’éteint aussità´t en là¢chant un nuage de fumée nauséabonde. Cathy allume alors la cuisinière et nous nous employons à vider les meubles, trier, empaqueter. Je tire du petit buffet en merisier les livres qu’il contenait, les monte sous (...)

0 | 10