// Mots-clés

quotidien

68 billets

Articles

30|01|18

journal vidéo du 30 janvier 18

les nuées viennent du nord

les nuées viennent du nord - un gars à la radio parle de Jérà´me Lindon et qu’ils se déconnectent d’Internet quand il écrit, évoque l’immédiateté et que sans garde fous, il n’ose pas dire garde fou, étrangement dit garde corps, qu’écrire en délai bref c’est comme écrire pour un journal - grogner dans la demi sieste (...)

fortes rafales

fortes rafales - terminé le bouquin de KMS au réveil - revenue avec l’à¢ge l’habitude de commencer la journée par la lecture - un temps cru que c’était faà§on de ne pas les démarrer, se tenir à l’écart - temps de s’accorder plutà´t, mots des autres pour ne pas jouer faux (?) - réflexions sur le Blue Valentine de Tom Waits - (...)

le désordre des intrigues

Le désordre disais-tu des intrigues derrière les murs de la ville habitée, le désordre parce qu ?à toi inconnues, mais aussi parce que cris et pleurs souvent, derrière les murs et au-dessus des plafonds, derrière les murs et sous les planchers, comme au-dessus de ta tàªte cette femme qui chiale au téléphone, et tout ce qu ?elle dit quelle importance, (...)

vases communicants / Guillaume Vissac

Vases communicants avec Guillaume Vissac dont on peut suivre les différents chantiers d’écriture sur son site Fuir est une pulsion, notamment son Ulysse par jour, traduit, trahi ou piraté, jour après jour, phrase après phrase. Lire également Accident de personne, Livre des peurs primaires et Qu’est-ce qu’un logement ? chez publie.net (...)

21|02|18

journal vidéo du 21 février

pluie

tout flou dehors, flou de pluie se tenir au dedans, ce n’est pas au chaud, c’est retrait, c’est attente ; pantalon mouillé de pluie, pluie qui bat au rythme des coups de pédale, cuisse mollets genoux, flaques, arbres qui protègent, d’où vient le vent, bruit glissé des voitures sur le bitume mouillé, le silence qu’il (...)

C’est tard que j’ai découvert la tristesse de mon père

C’est tard que j’ai découvert la tristesse de mon père. Lui-màªme probablement l’a découverte tard. Auparavant, il l’avait recouverte d’activité et de besogne - les réveils à cinq heures trente le matin, la journée entière au travail jusqu’au début de la soirée, et la soirée courte à tà´t après dîner s’endormir (...)

je connais des maisons

je connais des maisons debout comme des miroirs, arbustes ensauvagés de ronces, lierre qui grimpe jusqu’au toit, fenêtres aux volets pas même clos et rideaux qui grisaillent

je connais l’ombre

je connais l’ombre qui s’abat sur la faà§ade et le toit d’en face, et l’à peine mouvement des branches qui la rend moins pesante je connais l’élan tors de la vigne immobile et fais parfois mine de m’y reconnaître — il faut bien rire un (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60