// Mots-clés

quotidien

89 billets

Articles

c’est une horrible histoire

C’est une horrible histoire pour cause d’impayés pour un dossier manquant un simple dossier qui a coà »té la vie une bougie mal éteinte c’est terrible connu des services sociaux à l’origine du drame selon les premiers éléments de l’enquàªte ce monsieur était si gentil ne payait plus ses loyers ni ses factures d’électricité depuis des mois venait de se voir couper (...)

16|03|18

journal vidéo du 16 mars

traverser la galerie marchande

traverser la galerie marchande d’un supermarché, constater ton pas trop rapide, ceux que tu croises avancent à petits pas, corps avachi sur le haut du caddie, relisant leur ticket de caisse dans un déhanché gras, guettant l’erreur, ou rêveur d’avoir autant claqué, d’autres parviennent à demeurer sur les bancs disposés là , ou assis à ce qui se voudrait une (...)

20|02|18

journal vidéo du 20 février

12|03|18

journal vidéo du 12 mars

je connais des maisons

je connais des maisons debout comme des miroirs, arbustes ensauvagés de ronces, lierre qui grimpe jusqu’au toit, fenàªtres aux volets pas màªme clos et rideaux qui grisaillent

mini complainte du progrès

aperà§u cette semaine au supermarché une poubelle automatique à ouverture infrarouge ; pas belle la langue de l՚objet, tout en surcharge d՚adjectifs et compléments, langue lourde de qui en veut pour son pognon ; découvert ce matin, vérifiant pendant qu՚écrire que l՚on usait bien du mot sèche-mains, un engin extraordinaire : sèche-mains multimédia vous balanà§ant (...)

boire un café

Boire un café, pendant ces heures de trou dans la salle des profs, et que pas l’énergie nécessaire pour grand chose, fatigue accumulée au fil des semaines, comme en ce moment, se rendre à la machine, s’amuser de l’idée que les mêmes sur les aires d’autoroute, rêver de départ, de voyage, aller s’asseoir dans un fauteuil, vacant et certain que rien à venir, immobile, (...)

promenade dominicale (2)

pour lire le texte, on peut passer la souris sur les photos

appel

s’interrompre dans son travail parce que le téléphone sonne, descendre au rez-de-chaussée, avec appréhension, voire pointe d’angoisse — parce que laisser sonner si aucune incertitude ou inquiétude quant aux proches, mais c’est devenu si rare — décrocher et subir un temps de silence ou de brouhaha — le second est préférable, il n’est gros de rien — puis la voix qui (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80