// Mots-clés

quotidien

68 billets

Articles

distribuait et puis basta

il venait chaque mercredi ; sillonnait le lotissement avec sa voiture, s ?arràªtait aux carrefours, sortait son diable du coffre, prenait une pile ; la prenait par le haut, avec la ficelle qui les tenait ensemble, plusieurs kilos au bout du bras, incroyable ce que à§a peut peser le papier, de quoi faire au moins une rue et sa perpendiculaire ; d ?un (...)

promenade dominicale (3)

pour lire le texte, on peut passer la souris sur les photos

au bord du chemin

Nous aussi, on pourrait nous laisser comme à§a. Discrets, tout enveloppés d’herbes. En file au long du chemin, pas moins seuls qu’au cimetière et tout aussi silencieux. On regarderait ceux qui marchent encore. On écouterait. Pas tant leurs mots. On a tellement passé de temps avec, s’en est tellement encombré. Le bruit de leurs pas (...)

l’homme au chien

L’homme au chien siffle, appelle de peu de syllabes, marche en enjambées décidées — c’est tout droit qu’il va, là où son chien déjà — le rattraper lui passer au collier la laisse qui pend dans sa main, balance au gré du bras qui accompagne le pas. L’homme au chien se projette — c’est un àªtre (...)

une vieille histoire

une vieille histoire, tu disais que depuis toujours, ces réflexions le matin, quand te pointer là où tu dois et pas toujours l ?envie, ou l ?après-midi, quand ce creux qui vient te prendre, le regard un peu plus flou, le geste moins précis, et le monde à telle distance, un chaque fois pour te parler de fàªte dur de s ?en remettre pas tant fumé ce (...)

éclaircies dominantes

éclaircies dominantes - repris le boulot - n’y entendre parler politique que sur le mode de l’ironie ou presque - règne du désabusé, du moins le paraître - désherbé oignons et échalotes - demain Vivonne, l’herbe y sera haute - cette pente naturelle à la friche - peut-àªtre qu’ici aussi il faudrait désherber, à l’intérieur (...)

ce territoire autour

ce territoire autour... tu n ?irais pas... ces rues désertes qui n ?en étaient pas... un nom des bandes blanches des bordures de trottoirs... mais à longer tous ces parkings... ne menaient nulle part... espaces vertigineux dès que vides... absurdes de nuit... comme quand ce tour le dimanche... après manger... tes parents disaient que là ou ailleurs... (...)

redoux

redoux - demi sommeil allongé au canapé - cris des conures sur la terrasse - les piafs dans le jardin - grenouilles - l’autre soir grenouilles au premier plan au second le gamin de Bob Marley qui jouait à deux bornes d’ici - la veille un groupe de métal - percevoir les progressions harmoniques - imaginer les temps de harangue - un jour (...)

c’est (4)

c’est rentrer, lire ses mèls, faire un tour de blogs, pas l’énergie pour écrire, besoin d’un sas, d’un temps flottoir, c’est passer d’un texte à un autre, se rendre disponible aux pages qui s’enchaînent, c’est tenter de demeurer réceptif, et aux textes et aux paroles des mà´mes, c’est l’énergie (...)

mardi, journée idéale

pas de loin de penser le mardi comme une journée idéale, parce que longue plage de temps rien que pour soi ; mardi où rédiger un chapitre, temps pour deux mille mots, dix mille caractères excluant les espaces ; journée idéale parce qu’une seule heure de cours située pendant la pause déjeuner, ce qui permet de s’aérer pendant le trajet (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60