// Mots-clés

contraintes

291 billets

Articles

vases communicants | Justine Neubach

Aujourd’hui, échange avec Justine Neubach que l’on peut lire sur silencieuse.net (consulter aussi ses photos !). Point de départ de l’écriture, une consigne qui dans un premier temps m’a foutu la trouille : écrire à partir de différentes photos, chacune se rapportant à une couleur primaire. Pas bien sà »r d’avoir écrit (...)

c’est (36)

c’est entendre un extrait de The Wall à la radio, c’est le hey, teacher, leave the kids alone, c’est se souvenir de la cassette au boîtier bleu, la pochette qu’on dépliait pour y lire les paroles, ne pas savoir si elle est dans le tiroir où avoir rangé les cassettes, de celles écoutées en boucle, c’est sans doute àªtre (...)

tu dis (17)

tu dis : « Chaque excès m’ampute. » tu dis : « Rassembler les morceaux, mais ne savoir quoi faire de ton corps. » tu dis : « Quand il n’y a plus que de la peur sous ton crâne, et le silence des pièces vides : les voix de la radio sont impuissantes. » tu dis : « C’est l’envie de faire place nette, et l’énergie à rien. » tu (...)

I’m on the highway

I’m on the highway... Soyez prudent ! Toujours un peu flippés, dans ces boîtes de location. Pas envie de voir revenir leurs bijoux accidentés. Remarque, il y en avait pour de la thune, dans chaque bagnole qu’ils proposaient. Majorité d’américaines dans le hall d’expo. Cadillac Eldorado, Chevrolet Camaro... Rien qu’une (...)

Un passant

Un passant Il ne cherchait sans doute rien de spécial, ce jour-là . Des quelques rares personnes qui le connaissaient et que j’ai pu approcher, aucun ne lui connaissait de goà »t pour quelque collection que ce soit. Il traversait, chaque samedi matin, le marché aux puces qui se tient sur le mail, près du palais de Justice. Mais ce n’était (...)

serpent

sans qu’on n’en sache rien, tous les mots qui se tissent sur nos vies, comme lianes comme lierre s’y agrippent, accrochent, parfois peut-être comme pour les murs laissent traces quand on les arrachent, ou soulèvent des pierres, endommagent, parfois peut—être comme pour les arbres, affaiblissent sans qu’on n’en sache (...)

soucoupe

ce qui s’imagine autour, est-ce qu’on en prend impact, on dit que c’est dans l’air du temps, alors soi, quand on y entre au temps, on en reà§oit quoi, c’est seulement après qu’on fait le tri, en attendant on baigne, dans la langue comme dans l’imaginaire, dans l’imaginaire par la langue, et dans la langue (...)

vers le fantastique | proposition 1, les peurs

François Bon propose un atelier d’été, vers le fantastique, visant la réalisation d’un livre collectif. Proposition 1, travailler sur ses peurs, en un seul paragraphe formant bloc. Façon pour moi de creuser et développer les deux principales séries en chantier aujourd’hui sur le site, Lovecraft Generator d’une part, pour le (...)

vers le fantastique | proposition 5, pour un dictionnaire

François Bon propose un atelier d’été, vers le fantastique, visant la réalisation d’un livre collectif. Proposition 5, vers un dictionnaire, en un seul paragraphe formant bloc. Façon pour moi de creuser et développer les deux principales séries en chantier aujourd’hui sur le site, Lovecraft Generator d’une part, pour le (...)

s’être levé tôt avec l’intention d’écrire

s’être levé tôt avec l’intention d’écrire, avoir devant soi la matinée, s’installer au bureau, ouvrir les fichiers de chantiers en cours, relire, corriger quelques détails, ressentir une insatisfaction sans démêler si elle tient à ce qu’on a lu, à la perception qu’on en a eue, au jugement porté, ou à la fatigue (...)

... | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | 130 | 140 | 150 |...

Catégories

EXPRESS