// Vous lisez...

traversée Balzac

Le Message

Où Balzac utilise de nouveau le "je" [1] prenant des précautions avant de démarrer son récit : J’ai joué un rà´le dans ce drame presque vulgaire ; s’il ne vous intéresse pas, ce sera ma faute autant que celle de la vérité historique. Beaucoup de choses véritables sont souverainement ennuyeuses. Aussi est-ce la moitié du talent que de choisir dans le vrai ce qui peut devenir poétique. (de l’autre moitié, le temps n’est pas encore venu de l’intégrer à l’écriture)

Où il est question du romanesque : Je me représentais toutes les situations dans lesquelles je pouvais rencontrer madame la comtesse de Montpersan, ou, pour obéir à la poétique des romans, la Juliette tant aimée du voyageur.

Quant au caractère, elle me parut tenir tout à la fois de la comtesse de Lignolles et de la marquise de B...,, duex types de femme toujours frais dans la mémoire d’un jeune homme, quand il a lu le roman de Louvet.

Où il est terrible d’avoir brà »lé des lettres : Lorsque je lui tendis les lettres que je gardais sous mon oreiller, elle les prit machinalement ; puis elle tressaillit violemment, et me dit d’une voix creuse : Et moi qui brà »lais les siennes ! Je n’ai rien de lui ! rien ! rien !

Commentaires