// Vous lisez...

micro-fictions

j’ai pas aimé

Cet après-midi, balade près d’Audierne. Brun, gris et bleu. Façades blanches. D’abord en surplomb de la baie, dans les terres ensuite. Retour par l’ancien sentier douanier. Personne, sauf un type promenant son chien. Derrière nous presque toute la balade. Seulement bifurqué avant le parking où on avait laissé la voiture. Pas aimé sa façon de calquer son rythme sur le nôtre. À un moment il a détaché son chien. Une bête énorme. Le pelage noir. Du coup, j’ai fermé la marche. Pour mes deux gosses. Ma fille s’est déjà fait mordre. En allant au collège à vélo. Et son frère guère à l’aise avec les clébards. Moi non plus, je dois l’avouer. Plus de la moitié de la balade avec cette bête à me renifler les mollets. Me donner des coups de museau. Comme pour me pousser. Chaque fois que je me retournais, grand sourire du gars. Comme si ça l’amusait. Il voyait bien que j’étais pas tranquille. Jamais il n’a rappelé son chien. J’ai pas aimé son attitude. Quand j’en ai parlé dans la voiture, au retour vers le gîte, j’ai compris que mes gamins ne s’étaient rendus compte de rien. Occupés qu’ils étaient à chahuter devant. Ils ne les avaient pas vus, ni le chien ni son maître. Ma compagne non plus d’ailleurs. Elle s’est même un peu moqué de moi. De ma peur irraisonnée. J’ai rien dit. Pour pas les effrayer. Mais je sais ce qu’il en est du chien noir par ici.

Commentaires