// Vous lisez...

soutènements

toujours alerté, alertant

Ce monde que le soleil et le vent projetaient dans la chambre, trop vif, trop remué, trop violent, l’oppressait : sa présence était presque indiscrète — de nouveau une impatience, une hà¢te pure et sans contenu qu’il connaissait trop le prenait à la gorge. Comme si, sans qu’il eà »t rien à y faire, quelque chose l’eà »t averti qu’on l’attendait dehors. Le monde, toujours panique — toujours alerté, alertant — le monde comme quelqu’un derrière la fenàªtre qui vous tourne le dos, qui regarde ailleurs, et dont on voit seulement la nuque obsédante qui, par instants, bouge. Julien Gracq, La Presqu’île

Commentaires