// Vous lisez...

publie.net

C’est

C’est, éditions publie.net. Au départ, la lecture du C’était de Joachim Séné sur son expérience professionnelle passée, et l’adaptation de la contrainte d’écriture : noter, au présent, une série d’observations, de réflexions désordonnées, d’images sur le métier d’enseignant, le quotidien dans un lycée. Ces notations ont été consignées ici, sur le site, selon une fréquence irrégulière, sur une période de presque deux années scolaires. Un grand merci à Roxane Lecomte pour l’accompagnement dans le travail de révision du texte, et pour la couverture.

les premières lignes :

c՚est attacher le vélo au grillage du parking, regarder les arbres du parc à cà´té, traverser le parking exposé au nord, à l՚ombre quasi tout le temps, ses graviers sombres, c՚est franchir une série de portes, croiser le flot des élèves, remonter à contre courant, c՚est traverser la cour, y croiser des plantes chétives dans des bacs, c՚est monter des escaliers sans un brin de lumière naturelle, c՚est renoncer à la lumière du jour, travailler sous celle des néons, et la fatigue des yeux le soir, c՚est ne pas prendre ses lunettes parce que le tournis quand lever la tàªte regarder plus loin que la page, c՚est la machine à café et se rappeler qu՚à en boire trop on se prépare des nuits à trous, c՚est, de la part des collègues, les « je peux te voir deux minutes ? », c՚est devoir se souvenir de prénoms, et le mal qu՚on a à force, à mémoriser tous ces visages, associer à chacun une série de syllabes, c՚est résister à l՚envie de réduire les élèves à des séries, des types, c՚est, entre deux heures de cours, trouver une salle isolée, un poste connecté au web, et écrire un peu, avoir le sentiment de sauver la journée, de ne plus se réduire à la nécessité du travail, c՚est en sourire, et encore une fois constater que pour soi, ce qui s՚est inscrit à l՚à¢ge qu՚ils ont en face, à l՚à¢ge où pas sérieux, aura été tellement décisif


on en cause sur le web

12/10/14

C’est chroniqué sur le site d’informations Hexagones par @tulisquoi

Reprenant la contrainte formelle du C՚était de Joachim Séné, chaque paragraphe commence par la màªme formule, c՚est. De l՚arrivée au lycée où « c՚est attacher le vélo au grillage du parking, regarder les arbres du parc à cà´té, traverser le parking exposé au nord, à l՚ombre quasi tout le temps, ses graviers sombres », il passe par les problèmes triviaux des prénoms à retenir (« c՚est devoir se souvenir de prénoms, et le mal qu՚on a à force, à mémoriser tous ces visages, associer à chacun une série de syllabes ») ou ceux absurdes d՚un établissement qui semble en panne quand « c՚est recevoir deux fois la màªme info, format A4 dans le casier de la salle des profs et en pièce jointe dans la boîte mèl ». Mais au-delà de ces aperà§us qui font parfois sourire, il y a aussi ce malaise face à cette institution qui ne semble plus remplir son rà´le et ces élèves qu՚il ne semble plus vraiment comprendre. Il y a ce grand écart à faire entre les programmes imposés et les réalités de la classe. Entre les élèves où « c՚est un tiers d՚une classe qui déclare n՚avoir jamais lu un roman en entier, et se demander ce que signifie qu՚ils soient capables de le dire, sans màªme souci de provocation ou de forfanterie » et les textes, les classiques encore et toujours, où « c՚est envie de sortir les griffes quand devoir subir les mais-quand-liront-ils-les-clà¢à¢à¢à¢ssiques-sissenètolycée ? ». Ou aussi le grand écart entre ce qui doit se faire ou pas : « c՚est cette croyance qu՚affichent certains, que le numérique doit demeurer à la porte des salles de classe, quand c՚est via internet que tu fais l՚appel et remplis ton cahier de textes »... Et puis c՚est aussi une langue particulière, belle, pour dire « c՚est la conviction que c՚est aussi un vice du temps ce tant/trop d՚importance donné au travail, qu՚il est dangereux de limiter sa vie à l՚activité professionnelle, de n՚avoir que celle-ci pour forger son identité ». Et c՚est se dire que finalement, s՚il existe encore des profs comme à§a, de ceux qui pensent que « c՚est se dire que défendre l՚héritage humaniste passe par d՚autres voies que celles imposées par les programmes et l՚examen du bac », alors tout n՚est pas encore si noir pour l՚enseignement.

06/10/14 C’est, évoqué sur le site Le Café pédagogique sous le titre : C’est la vie d’un prof de franà§ais Ces instantanés d՚une vie de prof rendent compte avec justesse des sentiments màªlés de celui qui tente chaque jour de surmonter un écartèlement : entre la culture et la réalité, entre les textes et les élèves, entre le temps des livres et celui des écrans. « C՚est se dire que défendre l՚héritage humaniste passe par d՚autres voies que celles imposées par les programmes et l՚examen du bac. »


on en twitte

Commentaires