// Vous lisez...

notes de chevet

nouveau jeu de cordes

Changer les cordes sur une guitare, en profiter pour nettoyer le manche, case à case, frette à frette, dépôt de crasse et de sueur — ce que l’instrument dépose en soi, et où, je n’en sais rien, ou ne saurais le dire aujourd’hui. Lentement accorder, craindre pour la chanterelle — tant de fois rompue par trop de tension : désormais savoir (pas tant de choses apprises qui se fassent avec les mains). Amplitude de l’accord plaqué, constater a posteriori à quel point le jeu ancien s’était fané, s’en vouloir un peu d’une forme de négligence, de radinerie. Avoir lu, sans doute du temps où abonné au magazine Soul Bag, un bluesman qui disait ne changer les cordes qu’une à une, au fur et à mesure qu’elles cassaient. Agréable aussi de tester un nouveau tirant de cordes, avoir le sentiment que l’instrument renaît, observer ce qui change du jeu et comment il faut s’adapter, remuscler la main ou lutter contre trop de facilité, trop de vitesse. Essayer, et trouver le compromis entre puissance sonore et aisance de jeu.

Commentaires