// Vous lisez...

tu dis

tu dis (28)

tu dis : « Il y a des jours où j’ai peur — et du dégoût aussi et de la colère. » tu dis : « C’est pas le nombre qui me fait peur, mais la haine qui se concentre en chacun. » tu dis : « C’était si confortable de demeurer spectateur. » tu dis : « De se prétendre blindé, aussi. » tu dis : « Et à ceux qui raillent en souriant ce qu’ils appellent ton pessimisme, ou ton prétendu goût du tragique... » tu dis : « Rien à leur rétorquer — mais se préparer à les abandonner. » tu dis : « Elles ressembleront à quoi les nouvelles marques de l’infamie ? »

lire la série dans son intégralité : 1 | 2 | 3

Commentaires