// Vous lisez...

d’écrire

2 000 mots

J’aime bien rédiger dix pages par jour, ce qui équivaut à deux mille mots, soit cent quatre-vingt mille sur une période de trois mois ; cela correspond à une bonne longueur, donne un livre dans lequel le lecteur peut joyeusement s’aventurer, si l’histoire est bien conà§ue et ne perd pas de sa fraîcheur. Certains jours, ces dix pages me viennent avec facilité ; à onze heures et demie, je suis déjà dehors et je fais des courses, gaillard comme un rat dans un fromage. En prenant de l’à¢ge, il m’arrive le plus souvent de déjeuner à ma table de travail et d’achever mes dix pages vers une heure et demie. Parfois, lorsque à§a ne vient pas, j’y suis encore à l’heure du thé. Peu m’importe, en réalité. Ce n’est que contraint et forcé par les circonstances les plus extràªmes que je m’autorise à m’arràªter avant d’avoir mes deux mille mots. Stephen King, à‰criture, Mémoires d’un métier

Commentaires