// Vous lisez...

habiter | anthologie

05. tout y est paix

pourtant, àªtre seul dans une pièce, ce peut àªtre la condition de la vie

La rue est bruyante ; de surcroît on bà¢tit de l ?autre cà´té, presque en face ; en face ce n ?est pas l ?église, ce sont des maisons pleines de gens ; pourtant, àªtre seul dans une pièce, ce peut àªtre la condition de la vie ; àªtre seul dans un appartement – provisoirement pour àªtre précis – une condition de bonheur (une seulement : à quoi me servirait un logis si je n ?y vivais, si je n ?y trouvais une patrie pour mon repos, disons deux clairs yeux bleus qui brillent par l ?effet d ?une grà¢ce incompréhensible) ; mais tel qu ?il est en ce moment, l ?appartement appartient au bonheur ; tout y est paix, la salle de bains, la cuisine, l ?antichambre, les trois autres pièces ; ce n ?est pas, comme ailleurs, ce bruit, cette indécence, ce pàªle-màªle incestueux et cette incohérence des corps, des désirs, qui ne se maîtrisent pas ; comme ailleurs où dans tous les coins naissent des relations coupables, où chaque meuble cache des choses inconvenantes et fortuites et des enfants illégitimes, et où tout se passe toujours non comme le dimanche dans les faubourgs silencieux et déserts, mais comme un samedi soir dans le délire des faubourgs étouffants et surpeuplés. Kafka, Lettres à Milena

Commentaires