// Vous lisez...

fictions

prendre soin de toi

prendre soin de toi, ils en ont de ces mots, c ?est leur faà§on à eux de s’éloigner sans se retourner, de t’installer dans la distance, dans le seul du corps à corps devant la glace et des phrases pour toi-màªme, tu prendras soin de toi, tu prendras bien soin de toi, tu te débrouilleras de toi-màªme, comme si une chance de s’en tirer tout seul, comme si dans le seul des traces possibles de futur, mais ils ne t’en demandent pas tant, juste d’àªtre encore là quand ils passeront, reviendront, que tu sois là disponible pour leurs mots, qu’ils soient sà »rs de te trouver là , comme d’habitude, et que tu les écoutes, que tu pràªtes attention comme ils disent, que tu te tournes vers eux, lèves la tàªte, croises tes yeux aux leurs, à§a qu’ils veulent, et pas droit aux absences, le regard qui part et ce surplus de silence quand le flux de leurs paroles, ce resserrement qui part des épaules, descend jusqu’en bas du ventre, ces paumes que soudain tu retournes, non, il te faudra àªtre là , tu ne t’en sortiras pas comme à§a, non qu’un piège, qu’est-ce que tu vas encore chercher, te protéger bien au contraire, te protéger de toi-màªme, prendre soin de toi puisque toi, mais à§a non, ils ne peuvent pas de l’envoyer direct dans les gencives, ne peuvent pas t’accrocher ces mots-là au visage, tu te dis pourtant qu’ils en seraient bien capables un jour, si seulement un peu moins là¢ches, de venir te déchirer tes joues, tes lèvres, tu les imagines parfois la nuit, quand au plus creux du seul, en grand silence, s’avancer vers toi et sauvages lacérer, puis ce soin qu’ils ont alors de déposer ces petits bouts de papier au creux de tes plaies, de ces papiers comme ceux des restaurants chinois, qu’on déplie vous disent l’avenir, parce que c’est toujours à§a avec eux, à§a qu ?ils veulent, qu ?on soit pràªt pour l’avenir, comme si c’était possible, quand tout ce qu’il faudrait briser pour mettre un pas devant l’autre, ce qu ?il faudrait abattre comme cloisons, et que poitrine trop mince et mains trop faibles

Commentaires