// Vous lisez...

fictions

ton propre lointain

ne pas devenir ton propre lointain, tu disais qu ?essentiel, et ce geste de ta main, main tendue vers ton torse, faire semblant de t’agripper, tu disais que c ?était à à§a que toute ton énergie, pas toujours, mais qu ?en ce moment, épuisant, pas tant les confins approchés, longtemps que tu les devines, mais à§a, immobile te perdre dans la distance, du dedans un lointain qui t’aspire

Commentaires