// Vous lisez...

entre deux | notes

d’un rebordé d’écume crémeuse

Un fort coup de vent d’ouest a bousculé le beau temps ces jours-ci, et la mer, saboulée et secouée sur ses fonds médiocres, presque jusqu’à l’horizon, où persiste une mince bande glauque, est devenue glaiseuse, couleur des flaques qui comblent les fouillent des marnières. Sous un rayon de soleil qui brille ce matin quelques minutes entre deux grains, un jaune argileux la souille tout entière. Ràªche, encore furieuse, hérissée de vagues courtes qui la guillochent comme une peinture au couteau, chaque vague beurrée à sa cràªte d’un rebordé d’écume crémeuse qui semble la bavure d’un excédent de matière, elle paraît moins frà´lée par l’aile des vents que plutà´t sculptée rudement en pleine pà¢te, par le pouce, la lame et le rà¢cloir. Julien Gracq, Lettrines 2

Commentaires