// Mots-clés

Proust

11 billets

Articles

d’aimables poteaux indicateurs

Les écrivains que nous admirons ne peuvent pas nous servir de guides, puisque nous possédons en nous, comme l’aiguille aimantée ou le pigeon voyageur, le sens de notre orientation. Mais tandis que guidés par cet instinct intérieur nous volons de l’avant et suivons notre voie, par moments, quand nous jetons les yeux de droite et de gauche sur l՚œuvre nouvelle (...)

à poignée leurs richesses et leurs mauvais sorts

Quand nous avons dépassé un certain à¢ge, l’à¢me de l’enfant que nous fà »mes et l’à¢me des morts dont nous sommes sortis viennent nous jeter à poignées leurs richesses et leurs mauvais sorts, demandant à coopérer aux nouveaux sentiments que nous éprouvons et dans lesquels, effaà§ant leur ancienne effigie, nous les refondons en une création originale. Tel, tout mon passé (...)

dans le désert réel du silence sans fin

Après avoir entrevu ainsi une oasis imaginaire de tendresse, il se retrouvait piétinant dans le désert réel du silence sans fin. Marcel Proust, Le Cà´té de Guermantes

ce grand renoncement

Ce qui avait commencé pour elle — plus tà´t seulement que cela n’arrive d’habitude — c’est ce grand renoncement de la vieillesse qui se prépare à la mort, s’enveloppe dans sa chrysalide, et qu’on peut observer, à la fin des vies qui se prolongent tard, màªme entre les anciens amants qui se sont le plus aimés, entre les unis par les liens les plus spirituels et qui à (...)

entropie

Illiers-Combray, 2 Rue Saint-Pierre

élan

Illiers-Combray, lieu non nommé

business

Illiers-Combray, 5 Rue Léon Ferré

ficelle

Illiers-Combray, 29 Rue de Mesliers

clocher

Illiers-Combray, Rue de Beauce

le lendemain il y en avait une autre

Mais avant tout j’avais ouvert mes rideaux dans l’impatience de savoir quelle était la Mer qui jouait ce matin-là au bord du rivage, comme une Néréide. Car chacune de ces Mers ne restait jamais plus d’un jour. Le lendemain il y en avait une autre qui parfois lui ressemblait. Mais je ne vis jamais deux fois la màªme. Proust, à€ l’ombre des jeunes filles en (...)

0 | 10