// Vous lisez...

habiter | anthologie

08. supprimant ce qui rappelait l’ancien temps

Ils ont pu embellir la maison, supprimant ce qui rappelait l’ancien temps, les poutres apparentes, la cheminée, les tables en bois et les chaises de paille. Avec son papier à fleurs, son comptoir peint et brillant, les tables et guéridons en simili-marbre, le café est devenu propre et gai. Du balatum à grands damiers jaunes et bruns a recouvert le parquet des chambres. La seule contrariété longtemps, la faà§ade en colombage, à raies blanches et noires, dont le ravalement était au-dessus de leurs moyens. En passant, l’une de mes institutrices a dit une fois que la maison était jolie, une vraie maison normande. Mon père a cru qu’elle parlait ainsi par politesse. Ceux qui admiraient nos vieilles choses, la pompe à eau dans la cour, le colombage normand, voulaient sà »rement nous empàªcher de posséder ce qu’ils possédaient déjà , eux, de moderne, l’eau sur l’évier et un pavillon blanc. Il a emprunté pour devenir propriétaire des murs et du terrain. Personne dans la famille ne l’avait jamais été. Annie Ernaux, La place

Commentaires